Roland Buti compose ses romans comme il jardine

LittératureL’auteur du «Milieu de l’horizon» rencontre ce samedi le public du Prix des lecteurs de la ville de Lausanne pour son nouveau roman «Grand National».

Après «Le milieu de l’horizon», Roland Buti a publié en août «Grand national».

Après «Le milieu de l’horizon», Roland Buti a publié en août «Grand national». Image: SÉBASTIEN AGNETTI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En passionné d’histoire, discipline qu’il enseigne au Gymnase du Bugnon depuis 30 ans, Roland Butikofer sait que la réalité se révèle parfois plus inventive que la fiction. C’est ainsi que dans son dernier roman, «Grand National», dont il parlera samedi dans le cadre du Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne, il rappelle comment les cabanons des jardins familiaux de la ville ont déménagé par hélicoptère à Vidy en 2010, volant au-dessus de l’autoroute fermée pour l’occasion. Ou, évoquant l’âge d’or des palaces, il emprunte les souvenirs de son propre grand-père boulanger, qui livrait le pain à vélo dans les hôtels au-dessus de Montreux dans les années 20-30. Ou il s’inspire encore de cet ornithologue allemand qui avait loué un étage d’un hôtel pour ses recherches pendant la guerre.

Roland Butikofer, qui signe Buti quand il prend sa plume d’écrivain, aime transposer, étoffer, croiser les histoires et les époques en peignant des destinées singulières, reliant toutefois toujours les trajectoires individuelles à quelque chose qui les dépasse.

Dans «Le milieu de l’horizon», dont l’adaptation au cinéma sortie cet automne a redonné une nouvelle vie au livre, il décortiquait un moment de bascule de la vie du jeune Gus. L’intrigue l’installe au sein d’une famille en train de sombrer, dans une campagne ployant sous la sécheresse de l’été 1976. «J’aime cette idée que les romans doivent être un petit monde, une totalité qui fait sens où le décor fait partie de l’histoire, vibre avec les personnages.»

De retour dans les années 2000 avec «Grand National» (Éd. Zoé), il explore avec finesse une tranche de la vie de Carlo, horticulteur de 45 ans en pleine crise. Sa femme l’a quitté, tandis qu’après la disparition de sa mère de l’EMS, il la retrouve au «Grand National», un palace inspiré de l’hôtel Victoria à Glion, qu’elle a fréquenté jeune et qu’elle refuse de quitter. Sans compter son employé Agon, rattrapé par son passé dans les Balkans.

Multiplicité de jardins

Le lien entre ces personnages qui gravitent autour de Carlo? «Le thème général c’est le rapport à l’étranger, qu’il s’agisse de sa femme dont il se détache peu à peu, de sa mère dont il va découvrir une part cachée, ou de son employé dont il ignore le passé.» Car chacun a son jardin secret, autre grand thème du livre.

Cabane des jardins familiaux dans laquelle Agon accueille Carlo, jardins que l’horticulteur réalise pour des étrangers fortunés, jardins mentaux… Loin d’être anecdotique, le rapport à la nature éclaire les sentiments des personnages. Chez Carlo, tout passe ainsi par les sensations, tandis qu’après son agression, Agon va renouer avec lui-même en faisant le tour de sa parcelle. En faisant l’inventaire de son lopin de terre, «c’est comme s’il recomposait les parties de son corps. Le jardin, comme la littérature, lui permet de renouer avec des choses essentielles.» Ces espaces verts sous contrôle rappellent aussi à quel point notre relation à la nature est artificielle. «En Suisse, même les forêts sont propres et bien rangées.»

Les jardins évoquent encore la manière dont Roland Buti construit ses romans. Les ouvrageant par passion à côté de son métier d’enseignant, il prend le temps de les faire pousser, d’empiler les strates, d’élaguer aussi en même temps qu’il multiplie certains motifs.

Le tout avec des pointes d’humour qu’il juge essentielles: «C’est pour cela que j’adore la littérature anglo-saxonne. Il y a peu d’auteurs qui ne soient pas drôles, il y a toujours de l’ironie, un clin d’œil, souvent de la comédie même dans les textes tragiques. La littérature française est beaucoup plus sérieuse.»


Lausanne Palace
Samedi 7 décembre, 11 h.
Entrée libre, inscription à l’adresse: prixdeslecteurs@lausanne.ch
www.lausanne.ch/prixdeslecteurs

Créé: 05.12.2019, 19h55

Articles en relation

Après «Le milieu de l'horizon», Roland Buti scrute le mitan de la vie

Littérature Dans «Grand national», le Lausannois ausculte une crise de la quarantaine avec tendresse et humour. Plus...

Quentin Mouron et Roland Buti en lice pour le Prix des lecteurs de leur ville

Littérature Six auteurs romands devront gagner les faveurs d’un jury de Lausannois présidé par Romaine Jean. Plus...

Roland Buti remporte le prix du roman des Romands

Littérature Le Lausannois Roland Buti a remporté le Prix du roman des Romands, doté de 15'000 francs pour Le milieu de l’horizon aux Editions Zoé. Plus...

Le Vaudois Roland Buti reçoit le «Prix du public de la RTS 2014»

Distinction Samedi 5 avril, l’écrivain vaudois Roland Buti a été primé pour son livre Le milieu de l’horizon. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.