Un roman au coeur de Lausanne né sur Facebook

LivreMorgienne d’origine, Katja Lasan publie en octobre «Gueule d’Ange». Un premier roman qui a émergé grâce au réseau social.

«La vie est courte, je n’ai pas envie d’avoir des regrets. Je me suis donnée jusqu’en  2016 pour réussir», déclare Katja Lasan.

«La vie est courte, je n’ai pas envie d’avoir des regrets. Je me suis donnée jusqu’en 2016 pour réussir», déclare Katja Lasan. Image: www.imaginelle.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«J’ai toute leur biographie en tête, c’était terrible de les quitter.» Katja Lasan parle de Fred Pelletier et d’Alice Lagardère avec affection, un peu comme si les deux personnages de son roman, Gueule d'Ange, faisaient partie de sa famille. Normal, durant cinq mois, Alice la bibliothécaire lausannoise et Fred la rock star française ont squatté l’imaginaire de cette mère de famille vaudoise désormais établie à Riaz. «Je me réveillais et je me couchais en pensant à eux. J’écrivais à chaque moment de libre, pendant la sieste de mon fils et la nuit, parfois jusqu’à 3h du matin.»

Plus de 1300 pages s’écoulent de la plume de Katja Lasan. Un long fleuve de mots pour donner corps à une passion que Katja entretient depuis l’âge de dix ans, où elle a couché sur papier sa première nouvelle. Une écriture catharsis aussi, avec beaucoup d’amour pour conjurer le décès de sa mère, partie trop tôt. Au final, Gueule d’Ange, un roman en deux tomes qui sortira mi octobre. Et se déroule entre Lausanne et Paris. «On y trouve la bibliothèque de la Riponne, le Flon ou encore le Java et il y a même un journaliste de 24heures.» Ecrire un roman, «un rêve» de longue date pour Katja Lasan, qui s’est notamment concrétisé grâce à Facebook.

Le droit de vivre sa passion

«Quand j’ai terminé le premier tome, je me suis demandée ce que j’allais en faire, j’avais déjà publié une nouvelle sur Facebook et j’ai décidé de réitérer l’expérience, pour obtenir l’avis de personnes neutres.» La trentenaire qui a quitté son travail d’éducatrice de la petite enfance pour se consacrer à l’écriture, crée un groupe et met en ligne les deux premiers chapitres. Une petite communauté de 40-50 personnes, essentiellement des lectrices, se constitue. A raison de deux à trois chapitres par semaine, les retours sont positifs. Le groupe s’attache à la liaison entre Fred et Alice, entremêlée de scènes érotiques. «J’ai décidé d’ajouter un peu de sexe pour pimenter l’histoire , mais la comparaison avec Fifty Shades of Grey s’arrête là.»

Encouragée par les retours sur le réseau social, Katja décide ensuite d’entreprendre les démarches pour publier son roman. «J’ai contacté plusieurs maisons d’édition, mais personne ne voulait de Gueule d’Ange, notamment sous prétexte que les passages érotiques ne rentraient pas dans leur ligne éditoriale.» Mais la trentenaire persiste tout en retravaillant son texte au gré des corrections et des critiques reçues. Puis elle décide d’autopublier 500 exemplaires de chaque tome, grâce à une maison d’édition française spécialisée dans ce procédé.

«Certains s’offrent des vacances, moi j’ai décidé de m’offrir un livre. La vie est courte, je n’ai pas envie d’avoir des regrets. Je me suis donnée jusqu’en 2016 pour réussir et je suis heureuse de m’octroyer le droit de vivre cette passion.» Avec plus de 200 précommandes et une distribution dans plusieurs librairies, dont Payot Lausanne, Katja entame gentiment sa carrière de romancière. Sans compter que cette boulimique d’écriture a déjà bouclé un deuxième roman : Le Talisman de Paeyragone. Une aventure fantastique pour laquelle elle a signé un contrat avec la maison d’édition Cyplog. Et qui a allégé la séparation avec Fred et Alice. (24 heures)

Créé: 13.10.2015, 16h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.