Quand un solécisme devient «licence poétique»

LangageDeux savoureux lexiques de bévues orthographiques et grammaticales prouvent qu’estropier le français n’est pas toujours un crime.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Répertorier les entorses faites à la belle langue de Malherbe peut être un exercice ludique gratifiant. Les lexicographes Anne Boquel et Etienne Kern en ont récolté un florilège qui fut commis par la fine fleur de la littérature française.

Erreurs d’orthographe et de syntaxe, lapsus, répétitions, etc. Ou des «coquilles», comme on en lit jusque dans la correspondance de Voltaire: «Mon cher philosofe (…), je m’imagine que le termomètre de votre apartement est comme le mien, tout près de l’eau bouillante.»

Stendhal écrit dans Le Rouge et le Noir: «C’est ce que je demande, s’écria-t-elle, en se levant debout.» Et puis deux jolies perles balzaciennes: «La femme de chambre lui cria deux mots à voix basse.» (La muse du département). «Il l’atteignit si furieusement de son poignard qu’il le manqua.» (La femme de trente ans).

Dans Dieu, Hugo écrivit cet alexandrin: «Jusqu’à ce qu’il s’en aille en cendre et se dissoude.» On lui fit remarquer que ce n’était pas «très français». Il rétorqua: «Eh bien, ça le deviendra»… Intitulé Les plus jolies fautes de français de nos grands écrivains, ce lexique de 180 pages a été publié chez Payot.

A Lausanne, il en paraît un autre, Petit lexique des belles erreurs de la langue française, qui moissonne des bourdes langagières qui sont fréquentes sous la plume du tout-venant. Pourquoi écrit-on frustre au lieu de fruste, sauce bolognaise au lieu de bolonaise? Pourquoi abuse-t-on des hyperboles dantesque et abyssal, du néologisme extrapoler - plutôt que généraliser. Conçu par le journaliste Cyril Jost, ce très narquois petit recueil de pataquès est illustré par l’ineffable tandem chaux-de-fonnier Plonk & Replonk. (24 heures)

Créé: 29.10.2015, 12h44

L'auteur du «Père Goriot» écrivait à la diable.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Les intempéries paralysent une partie de la Suisse
(Image: Bénédicte) Plus...