Constantin Macherel vibre pour les sonorités graves

ClassiqueLe violoncelliste lausannois publie un premier disque aux couleurs chatoyantes. Il évoque aussi ses compositions.

Constantin Macherel joue sur un instrument anglais de Joseph Hill de 1765, qui lui a été offert par un mécène.

Constantin Macherel joue sur un instrument anglais de Joseph Hill de 1765, qui lui a été offert par un mécène. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il y avait en permanence de la musique à la maison. On écoutait beaucoup de symphonies, et Glenn Gould dans «L’art de la fugue» de Bach.» Constantin Macherel est tombé très tôt dans la marmite classique, et pour cause: son père est hautboïste et ostéopathe, sa mère, Emmanuelle Goffart, est professeure de violoncelle au Conservatoire de Lausanne, et sa sœur Héléna a choisi la flûte traversière; elle se perfectionne en ce moment à la Julliard School de New York. À 6 ans, Constantin hésitait entre le basson et le violoncelle: «J’aime depuis toujours les sonorités graves.» Après un cursus entamé à Lausanne chez Marc Jaermann et Susan Rybicki-Varga, le Vaudois a passé chez Ivan Monighetti, à Bâle, puis chez Rafael Wallfisch, à Zurich.

Ce parcours a priori très helvétique, Constantin Macherel le teinte d’une empreinte russe très forte, à laquelle il s’est identifié très tôt: «À 11 ans, j’ai découvert le «Sacre du printemps» de Stravinski et j’ai été immédiatement fasciné par cette musique. Je me souviens encore de ces trois semaines d’attente avant de recevoir la partition du «Sacre» que mes parents avaient commandée. La première fois que je l’ai entendu, c’était à Lausanne avec l’OSR en 2003.» De fil en aiguille, le mélomane se prend de passion pour la musique, la culture et la langue russe, qu’il apprend en autodidacte.

«À 11 ans, j’ai découvert le «Sacre du printemps» de Stravinski et j’ai été immédiatement fasciné par cette musique»

C’est donc tout naturellement qu’il s’était inscrit pour un échange Erasmus avec le Conservatoire de Saint-Pétersbourg, mais ce projet est tombé à l’eau car la Russie ne faisait pas partie des pays concernés. «Cette déception s’est finalement transformée en chance, car j’ai pu entrer dans la classe très russophone d’Ivan Monighetti, à Bâle, le dernier élève de Mstislav Rostropovitch. Il donnait souvent ses cours à domicile. Il avait gardé cette exigence de l’école soviétique. Le maître nous recevait chez lui, dans sa cave non chauffée. Il testait notre résistance et brusquait nos idées. Il y avait quelque chose d’initiatique.»

L’amour de la musique russe est certainement aussi à l’origine de son goût pour la composition, qu’il étudie en parallèle à l’instrument, en particulier chez Georg Friedrich Haas, à Bâle. «Sa musique spectrale est assez éloignée de mon style, mais elle me fascine complètement. En ce moment, j’écris un concerto pour violoncelle, trois bassons, trois contrebassons et xylophone.» Le grave et l’aigu.

Chez Rafael Wallfisch, Constantin Macherel explore une autre filiation russe, le violoncelliste anglais ayant été l’élève de Gregor Piatigorsky. Ayant reçu l’opportunité d’enregistrer un disque, le Lausannois aurait eu envie de se lancer immédiatement dans un récital de musique russe du XXe siècle, mais son professeur l’en a dissuadé: «Wallfisch m’a conseillé d’aborder un répertoire plus facile d’accès, mais dans lequel je pouvais apporter ma vision personnelle. J’ai composé les cadences du concerto de Boccherini. Avec Franchomme et Servais, j’ai envie de faire découvrir des œuvres moins jouées que les concertos de Haydn ou Dvorák, et qui ont aussi un sens profond, même si le drame n’y est pas mis en avant.»

À 28 ans, Constantin Macherel donne l’impression d’avoir établi les fondements de son art, partagé entre interprétation et écriture. «J’aime rechercher, comprendre, creuser. Et faire partager mes recherches.»

Créé: 19.10.2019, 20h57

Pully, église du Prieuré
Di 27 octobre (18h)
Concert violoncelle solo et quatuor à cordes. œuvres de Franchomme, Boccherini, Gabrielli, Ligeti, Lutoslawski.
www.constantinmacherel.com

Virtuosité radieuse

Voilà une entrée en matière plutôt légère et badine qui ne révèle pas complètement de quel bois Constantin se chauffe. Mais c’est peut-être préférable pour lui de se montrer sous un jour lumineux, et de garder d’autres facettes, plus sombres, en réserve.

Pour son premier enregistrement, le violoncelliste a choisi un répertoire classique et romantique, mais très exigeant pour le soliste. Il y déploie une virtuosité qui évoque directement celle de Paganini au violon ou de Liszt au piano.

Défi supplémentaire, il mise sur des compositeurs relativement méconnus, comme Auguste-Joseph Franchomme (1808-1884) et Adrien François Servais (1807-1866).

Dans la foulée d’un Luigi Boccherini (1743-1805) qui a beaucoup fait pour créer un répertoire au service du violoncelle – et dont le «Concerto en ré majeur» est la pièce de résistance du disque –, ces musiciens se sont fait avant tout connaître de leur vivant comme des virtuoses d’exception.

Franchomme est par exemple l’inspirateur et dédicataire de la «Sonate pour violoncelle et piano» de Chopin. Ses «Variations sur deux thèmes russes et écossais» ou les «Souvenirs de Spa» de Servais font parfois penser à ces paraphrases sur des airs d’opéra célèbres. Elles dénotent un art suprême de la conduite mélodique et une façon inimitable de faire sonner l’instrument dans des guirlandes étourdissantes.

Accompagnée par les London Mozart Players, cette musique fait l’effet d’une belle gourmandise, avec «Une larme» de Rossini en guise de cerise sur le gâteau.



Constantin Macherel, London Mozart Players

Boccherini, Franchomme, Rossini & Servais: Virtuoso Music for Cello

Claves

Articles en relation

Guy Fallot sera célébré en mots et en musique à Lutry

Hommage Le «Napoléon du violoncelle» a marqué toute une génération d’élèves des conservatoires romands. Antonin Scherrer lui consacre un ouvrage rythmé par des témoignages poignants. Plus...

Elle joue au gré des gens, le violoncelle en bandoulière

Portrait Sara Oswald tourne son premier spectacle solo, écrit pour d’autres et marche, marche, marche Plus...

Une nouvelle star accordée au Septembre Musical

Critique Nouvelle coqueluche du violoncelle, Sheku Kanneh-Mason jouait samedi au château de Chillon. Plus...

Camille Thomas a le violoncelle dans l’âme

Musique Très belle soirée samedi au Lavaux Classic, ouverte sur de vastes horizons. Plus...

Stefano Bollani, le trublion jazz, fait irruption à Gstaad

Classique Le Menuhin Festival invite le pianiste italien pour dialoguer avec Sol Gabetta, fine fleur du violoncelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.