Marianne Faithfull chante ses vieux démons à Pully

InterviewCoup de fil à une «grande dame» marquée de manière indélébile par le rock et la poésie avant sa venue à l'Octogone.

La chanteuse anglaise, désormais installée à Paris et Dublin, se plaît dans les volutes encore chaudes du passé. Le public romand la retrouve à l'Octogone.

La chanteuse anglaise, désormais installée à Paris et Dublin, se plaît dans les volutes encore chaudes du passé. Le public romand la retrouve à l'Octogone.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est juste moi.» A l’autre bout du fil, Marianne Faithfull décroche le combiné. Au risque d’un grave manquement à l’étiquette, on a failli la prendre pour une employée de maison de disques… La voix enténébrée de la chanteuse – qui résonnera samedi sur la scène de l’Octogone de Pully – ne laisse pourtant aucune place au doute. A travers l’éther, l’ange de la mort profère même quelques fuck. La mort, l’égérie sixties des Rolling Stones l’a récemment frôlée de près: infectée par une bactérie suite à une opération d’une hanche, la mère supérieure du rock anglais aurait pu y laisser sa peau. «Que Dieu bénisse les Français! s’exclame-t-elle sans aucune perfidie d’Albion, ils m’ont guérie après trois mois d’hôpital. Je suis de retour au boulot et je serai en forme, n’ayez crainte.» A ce moment, la seule crainte qui nous traverse l’esprit serait de froisser celle qui vient de publier une vénéneuse et très rock déclaration d’amour à sa ville natale, l’album Give my Love to London.

- Il y a quatre ans, à Paris, vous n’aimiez pas être traitée de «reine du rock». Vous n’avez pas changé?

- Fuck off! Un cliché! Je suis musicienne, je chante, j’écris, j’aime le live, mais la «reine du rock», ce n’est pas moi.

- Quand il s’agit d’enregistrer Give my Love to London, les jeunes se bousculent pourtant à votre trône…

- Ils ne «visitent pas mon trône». Ce sont des musiciens qui ont envie de travailler avec moi et inversement. Ils me choisissent autant que je les choisis.

- Mais vous avez le chic de pouvoir travailler avec n’importe qui: personne ne peut vous dire non?

- Si je le veux vraiment, je le peux, oui! Mais je ne travaille pas avec n’importe qui – je suis quelqu’un de difficile.

- Cette fois, après PJ Harvey, la seule femme à collaborer est Anna Calvi. Que vous apporte-t-elle?

- J’aime Anna, elle est fantastique, et pas du tout de la même façon que Polly Jean. Elle est venue avec sa guitare me rendre visite à Paris dans mon charmant appartement de Montparnasse. Nous nous sommes assises, regardées dans les yeux, et j’ai ajusté les paroles que j’avais préparées. Anna est très romantique. Moi, je ne le suis pas particulièrement…

- Votre dernier album est-il un exercice de retour sur votre passé?

- Oh man, ce n’est rien de le dire, ce sont mes paroles, elles ont toujours ne serait-ce qu’une légère dimension autobiographique. En 1994, j’ai écrit une autobiographie colérique, c’était comme poser une lourde valise, je n’avais ainsi plus à revenir sur mon passé. Mais chaque album est une nouvelle œuvre, ce serait ennuyeux de se répéter. Et si la chanson titre, Give my Love to London, est la plus marquée en ce sens, elle porte aussi mon imaginaire. Londres n’est pas en train de pourrir, de brûler et de s’effondrer!

- Cela va peut-être encore venir?

- Peut-être, mais ce ne sera pas ma faute.

- Avez-vous capturé l’esprit de Londres?

- Ce n’était pas le but, mais j’en serais ravie. Cela fait vingt-cinq ans que je n’y vis plus – je vis entre Paris et Dublin –, je ne suis pas vraiment une fille de Londres.

- Un album une fois de plus très rock…

- Tout ne l’est pas strictement, mais n’oubliez pas d’où je viens et avec qui j’ai travaillé… Cela m’a affectée jeune, je ne pourrais même pas dire que j’aime le rock – il s’est imposé dans mon travail –, j’accepte l’inspiration qui m’est donnée.

- Une malédiction ou une bénédiction à laquelle vous ne pouvez échapper?

- Je n’essaie même pas! Et ce n’est certainement pas une malédiction!

- A la maison, vous écoutez Schubert?

- Beaucoup de jazz, d’opéra, du Mozart, du Brahms et, oui, du Schubert.

- L’époque qui vous fascine et la personne que vous auriez été?

- Le XVIIIe. Et là, j’aurais pu être la reine. Enfin, plutôt une grande dame. Mais j’en suis une!

Créé: 28.09.2015, 22h32

Le concert

Pully, Théâtre de l’Octogone
Samedi 3 octobre (20h30)
Rens.: 021 721 36 20
www.theatre-octogone.ch

«Broken English» (1979)

Munie de la chanson titre, de «The Ballad of Lucy Jordan», d’une reprise de «Working Class Hero» et d’un «Why’d Ya Do It» très punk, cette pièce maîtresse de la discographie d’une Marianne Faithfull définitivement installée dans les registres d’outre-tombe comprend, en réédition, son fameux «Sister Morphine».

«Vagabond Ways» (1999)

«Mon meilleur album jamais réalisé.» La chanteuse n’hésite pas à qualifier ainsi cette perle trop méconnue, produite par Daniel Lanois. Citant son ami Roger Waters ou Leonard Cohen, celle qui vient de réinterpréter Weill et Brecht trouve des accents élégiaques inédits, à l’écart de ses énervements du rock. Du grand art.

«Give my Love to London» (2014)

Les années 2000 voient Marianne Faithfull renouer indéfectiblement avec le rock et ses cadets (Billy Corgan, Blur, Pulp, PJ Harvey, Cat Power…). Ce dernier morceau de bravoure ne fait pas exception (avec Nick Cave, Anna Calvi, Ed Harcourt…) en soufflant sur les braises du passé.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...