Passer au contenu principal

Martin Kollar pratique la suspension temporelle à l’Elysée

L’exposition «Provisional Arrangement» du photographe slovaque pointe les troubles provisoires, sans promesse d’éternité

Enigmatiques, voire étranges, les images de «Provisional Arrangement» se posent en équilibre instable sur les notions de provisoire et de permanence.
Enigmatiques, voire étranges, les images de «Provisional Arrangement» se posent en équilibre instable sur les notions de provisoire et de permanence.
MARTIN KOLLAR

Les images de Martin Kollar n’ont délibérément pas de légendes, mais elles sont heureusement chapeautées par un titre d’exposition. «Provisional Arrangement» pour «arrangement provisoire», façon de suggérer que ce que l’on va voir n’est pas fait pour durer. Mais il y a du provisoire qui dure et la permanence n’est pas non plus un synonyme parfait d’éternité.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.