En méditant, les enfants développent leur attention

De la tête au piedLongtemps réservé aux adultes, cet outil d’épanouissement personnel peut s’apprendre dès 5 ans

Laurence Rohrbach initie les enfants à la pratique de la méditation, alternant assise silencieuse et exercices ludiques.

Laurence Rohrbach initie les enfants à la pratique de la méditation, alternant assise silencieuse et exercices ludiques. Image: KÖRNERUNION

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La méditation pleine conscience séduit un public toujours plus large. Développée au départ dans un cadre hospitalier pour accompagner des patients souffrant de dépression, puis en entreprise auprès de cadres stressés, elle est devenue aujourd’hui un outil d’épanouissement personnel ouvert à tout un chacun à la recherche d’une meilleure compréhension de soi. On la pratique même de plus en plus tôt. Laurence Rohrbach l’adapte aux enfants dès 5 ans en groupe dans des ateliers d’une heure par semaine.

Entre les cours de danse, le foot, l’école et les devoirs, les moins de 10 ans sont constamment sollicités. «Je leur propose un espace où ils n’ont besoin ni de se mesurer, ni de réussir. A travers des exercices d’attention et d’observation, ils apprennent à connaître et accepter ce qui se passe à l’intérieur d’eux-mêmes», explique Laurence Rohrbach. La jeune femme, diplômée en lettres à l’Université de Lausanne et en arts visuels à la Haute école des arts de Berne, est venue à la méditation à travers le yoga qu’elle pratique depuis cinq ans. C’est au contact des jeunes élèves, à qui elle enseigne au niveau primaire, qu’elle observe les bienfaits de la pratique à travers de simples petits exercices réalisés en classe. Elle décide alors de suivre à Paris la formation d’Eline Snel, «L’attention, ça marche», inspirée du cours de pleine conscience pour adultes créé par Jon Kabat-Zinn aux Etats-Unis dans les années 80. Eline Snel, l’auteure hollandaise du livre à succès Calme et attentif comme une grenouille a réussi à convaincre son gouvernement du bien-fondé de la méditation auprès des enfants.

«A travers des exercices d’attention et d’observation, les enfants apprennent à connaître et accepter ce qui se passe à l’intérieur d’eux-mêmes»

Si prendre le temps d’être dans le moment présent sans attente ni jugement apporte une plus grande sérénité à ses adeptes, Laurence Rohrbach ne conçoit pas la méditation comme «une méthode pour résoudre des problèmes, mais comme une manière de s’éveiller. C’est pourquoi elle est ouverte à tous les enfants.»

L’enseignement n’est pas très éloigné de celui proposé aux adultes. «Plus ils sont jeunes, plus les moments d’assise silencieuse sont courts.» Les ateliers sont divisés par tranche d’âge: de 5 à 8 ans, de 8 à 11 ans et de 11 à 14 ans. Chaque séance a un thème comme les émotions ou le monde des pensées, rythmé de petites histoires et de moments de respiration. L’exercice du grain de raisin sec, permet par exemple, d’explorer les cinq sens. «Ils le regardent, le sentent, l’écoutent en le pressant avec les doigts vers leurs oreilles. Ils le mettent ensuite dans la bouche puis le croquent et enfin l’avalent. Les enfants arrivent parfois à porter leur attention sur ce grain de raisin jusqu’à 15 minutes. L’idée est d’observer en conscience ce qui se passe dans le corps. Si ailleurs on leur demande d’accomplir quelque chose, dans cet atelier, on leur propose juste d’être pleinement là.»

Cette pratique procure de nombreux bienfaits. Au-delà du calme et de la concentration, la méditation «développe une certaine confiance et bienveillance, poursuit la jeune femme. Constater que des choses se réalisent par elle-même et hors de notre contrôle est important. C’est comme voir que la vie nous tient la main.» Et comme il n’y a aucun objectif précis à atteindre à l’issue de chaque séance, la motivation de l’enfant reste le seul critère indispensable pour en profiter pleinement.

Créé: 03.09.2016, 13h25

Yoga

A Nyon, au studio Yoga Moves, le yoga se découvre dès 5 ans. Trois groupes, adaptés aux différentes tranches d’âge, proposent une pratique ludique avec des postures simples, relativement courtes, et proches d’exercices de gymnastique. «Nous encourageons à développer la non-violence et l’amitié par le jeu et le mouvement, précise Andrea Freely, l’une des responsables du lieu. Le yoga apporte du calme et aide à se sentir bien dans son corps. Les enfants d’aujourd’hui sont confrontés toujours plus tôt à évoluer dans des environnements compétitifs.»

Sophrologie

Méthode de relaxation par excellence, la sophrologie est aussi très efficace avec les plus jeunes. «Le but est d’apprendre aux enfants à être bien dans leur corps, leur tête et leur cœur, explique Nathalie Besson, sophrologue caycédienne, qui organise à Préverenges des ateliers dès 5 ans. Un enfant est plus présent dans son corps qu’un adulte. Il est capable de prendre conscience de sa respiration.» Comme pour le yoga ou la méditation, les exercices de respiration passent par le jeu. En soufflant par exemple, sur une plume ou un ballon.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.