Passer au contenu principal

A Milan, les écoles d’art jouent leurs cartes

L’ECAL et la HEAD-Genève exposent jusqu’à dimanche des œuvres insolites – objets connectés et coucous revisités – au Salon international du meuble

L'ECAL explore les objets connectés et la réalité virtuelle dans son exposition "When objects dream". Ici, un grille-pain se transforme en rampe de lancement et catapulte toutes sortes d'objets. La pièce est signée André Andrade et Giulio Barresi.
L'ECAL explore les objets connectés et la réalité virtuelle dans son exposition "When objects dream". Ici, un grille-pain se transforme en rampe de lancement et catapulte toutes sortes d'objets. La pièce est signée André Andrade et Giulio Barresi.
DR

Jusqu’à dimanche, Milan vibre au rythme du design. Dans la gare centrale, c’est d’abord au son puissant et joyeux des tambours et d’autres percussions improvisées dans le cadre d’un événement musical, Shopping et Design, que le visiteur goûte au charme urbain et artistique de la cité lombarde. Alors que les milliers d’exposants du Salon international du meuble sont rassemblés au sein du Parc des expositions, en périphérie, les boutiques, les galeries et les cours intérieures du centre-ville livrent aux curieux, chacun à leur manière, un avant-goût prometteur des tendances à venir. Milan réunit pendant six jours l’élite du design mondial: il faut être là pour voir et être vu. L’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL) et la HEAD-Genève ne manqueraient l’événement sous aucun prétexte.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.