«Ce n’est pas monsieur Weinstein qui influencera notre décision»

FestivalAlors que la 71e édition a levé son voile, le président de Locarno évoque le départ de «son» directeur.

Parmi les films projetés sur la Piazza Grande lors du Festival de Locarno, «Le vent tourne», de la Suissesse Bettina Oberli.

Parmi les films projetés sur la Piazza Grande lors du Festival de Locarno, «Le vent tourne», de la Suissesse Bettina Oberli. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Locarno veut sourire. Dès le 1er août, la 71e édition de son festival du film privilégiera les comédies sur l’écran géant de la Piazza Grande (Spike Lee, Bruno Dumont, Delépine et Kervern, Vianney Lebasque) et offrira une rétrospective à Leo McCarey, qui créa le duo de Laurel et Hardy. Avec un bouquet de stars (Ethan Hawke, Jean Dujardin), une belle présence romande (dont «Ceux qui travaillent», avec Olivier Gourmet, produit par la société lausannoise Box Productions) et un film de… 14 heures («La Flor»), Carlo Chatrian délivre une ultime édition bien équilibrée avant de rejoindre la Berlinale comme directeur artistique. Hier à Berne, le président Marco Solari hésitait entre regrets et fierté.

Avec un directeur dont on connaît le prochain départ pour Berlin, vivez-vous une veille de festival inconfortable?

Non, pas du tout. J'ai un caractère pragmatique, et comme disait le Général De Gaulle: "les choses étant ce qu'elles sont", et bien je fais avec! Je regarde le départ de Carlo Chatrian avec un certain dépit, évidemment, après 15 années d'excellente collaboration qui pouvait continuer. Mais je suis heureux pour lui, pour sa progression personnelle, et finalement même heureux pour Locarno. On peut affirmer que nous avons quand même fourni le directeur artistique de la Berlinale! Et cela a donné beaucoup de prestige à Locarno.

Avez-vous été surpris par cet engagement?

J'ai été contacté par Berlin il y a quelques mois. Ils voulaient mieux connaître le fonctionnement de notre système, avec deux directeurs (artistique et opérationnel) dotés d'une liberté presque totale. J'ai ensuite eu l'impression qu'ils entendaient rester dans leur propre formule. Il y a environ un mois, Carlo est venu me voir et m'a dit que Berlin était finalement séduit par le modèle de Locarno. Là, j'ai eu la chair de poule. J'ai pensé qu'ils allaient venir le chercher, et effectivement ils sont venus.

Ce départ vous a t-il personnellement affecté? Enfant du sérail, Chatrian était décrit comme votre poulain, et un pari après le départ surprise d'Olivier Père en 2012.

Oui, mais les quatre directeurs que j'ai choisi sous ma présidence étaient autant de paris, chacune et chacun pour des raisons différentes. Et toutes et tous ont eu du succès .Mes choix se font rationnellement mais aussi au feeling, j observe les compétences et enthousiasme de la candidate ou du candidat. L'anecdote qui circule au Tessin raconte que je choisis mes collaborateurs dans leur façon de se comporter au restaurant avec les serveurs. Cela me dit presque tout sur la personne.

Maintenant que l'astuce est éventée, on doit laisser des pourboires royaux après un dîner en votre compagnie!

(Rire) Non ce n'est pas une question d’argent c'est son attitude que j'observe. La sélection de la nouvelle directrice ou directeur artistique s'opérera de façon très institutionnelle via le conseil de direction, puis le conseil d'administration aura le dernier mot. Nous avons reçu une trentaine de candidatures. Un nombre inédit, mais à l'époque le mode de sélection était plus rapide et plus direct. Je ne pourrais plus me le permettre.

Pourquoi?

Parce que le festival est devenu très grand et très fameux ce qu'illustre le départ de Carlo Chatrian a Berlin. L'attention est plus que jamais internationale, il nous faut prendre le temps de la consultation. Suite aux indiscrétions du côté allemand, la veille de l'annonce officielle par la Berlinale nous recevions déjà des candidatures de haut niveau!

Les rumeurs ont aussi alimenté les médias suisses alémaniques, débattant notamment la candidature de Seraina Rohrer, actuelle responsable des Journées de Soleure.

Beaucoup de gens se sont emballés en pensant que nous allions dans la direction d'un choix rapide. Il y a eu des spéculations exagérées.

Comment rester libre de toute pression "genrée" par rapport à l'esprit des temps post Weinstein?

C'est délicat. Mais je garde mon autonomie intégrale. Ce ne sera pas monsieur Weinstein qui influencera notre décision. Nous allons rigoureusement choisir la ou le meilleur, c'est tout. Evidemment, ayant toujours été très sensible à cette question, un choix ex aequo nous fera sans doute pencher vers la femme. Cela dit, je vous rappelle que toutes les fonctions importantes du festival étaient occupées par des femmes, quand je suis devenu président en 2000. J'étais l'unique homme! Nous restons sensibles à cette question mais nous n'en devenons pas esclave.

(24 heures)

Créé: 11.07.2018, 19h23

Articles en relation

[VIDÉO] Alain Berset et l’OFC sont ravis de Courgette

Cinéma Jeudi à Locarno, les patrons suisses de la culture et du cinéma ont brossé un tableau à succès de l'année en cours. Plus...

La compétition locarnaise, décevante au début, relève la tête

Locarno Festival Cinq ou six films parviennent pour l’instant à se détacher dans un concours qui avait mal démarré. Plus...

Fanny Ardant: «J’ai peur de tous les rôles»

Locarno Festival La star joue un homme qui a changé de sexe dans «Lola Pater». Rencontre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...