Passer au contenu principal

Le Montreux Comedy, version 2018, voit double voire triple

À une année de sa 30e édition, le Festival s’appuie sur les valeurs sûres de la scène comique.

Claudia Tagbo promet une ambiance music-hall pour le gala du samedi soir.
Claudia Tagbo promet une ambiance music-hall pour le gala du samedi soir.
JOHN WAXXX

A défaut d’un top 10 des stars de l’humour francophone, l’affiche du Montreux Comedy distille quelques indices. Ses invités soir après soir – il y en aura six cette année – forment au final ce grand puzzle des tendances qui durent depuis quelques années.

Du stand-up donc avec Marina Rollman, Roman Frayssinet, Blanche Gardin, Baptiste Lecaplain, Fadily Camara, un gala (donné trois fois entre le 1er et le 2 déc.), mais encore de la magie, de la musique et des sketches.

Le festival mêle les genres, il aime aussi brouiller les cartes pour s’assurer une programmation sur mesure, Thomas Wiesel parlera donc anglais à l’invitation de Rachid Badouri pour le Gala Trending Comics (2 déc.). Quant à l’ouverture (jouée deux fois le 28 nov. et le 29 nov.), elle s’annonce digne des meilleures platines de mixage avec, aux commandes, Claudia Tagbo, et pour les différentes sonorités de l’humour, Alex Ramires, Raphaël Mezrahi, Caroline Vigneaux.

Alors que la fièvre du Web Gala (30 nov.), autre incontournable de la programmation montreusienne, devrait monter très haut avec, en maîtres de cérémonie, McFly & Carlito et leurs 4 millions d’abonnés YouTube. Les soirées thématiques ayant laissé quelques bons souvenirs, c’est Manu Payet qui s’y colle (3 déc.), une mission écolo en plus. Pour l’aider, Alex Vizorek, Fabrice Eboué, Laura Laune, Elodie Poux.

Le plein de chouchous du public ainsi fait, pourquoi doubler voire tripler un même spectacle? Un oreiller de paresse, le meilleur moyen de ne pas gaspiller les bonnes idées? Patron du Montreux Comedy, Grégoire Furrer y voit plutôt la réponse à une demande: «Constatant qu’il y avait plus d’envies que de places, l’année dernière déjà, nous avions programmé deux fois le gala du samedi, avec succès. On reconduit donc l’expérience avec, sur le samedi, une production très lourde avec de la danse, des costumes, une création musicale pour avoir cette ambiance music-hall que souhaite Claudia Tagbo et on va tenter aussi le dimanche. Nous avons cinq galas au programme, poursuit-il, cette méthode ne nous empêche pas de créer cinq univers très différents.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.