Au Mudac, le verre nous en fait voir de toutes les couleurs

DesignLa nouvelle exposition du musée explose en teintes douces ou froides, lumineuses ou opaques. Sensoriel et ludique, le parcours est aussi didactique.

«Unterbrochener Zirkel», du Tchèque Milan Handl, 1988. Verre coulé, taillé, poli et collé. Il s’agit d’une pièce unique.?

«Unterbrochener Zirkel», du Tchèque Milan Handl, 1988. Verre coulé, taillé, poli et collé. Il s’agit d’une pièce unique.? Image: MUDAC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Toujours transparent et incolore, le verre? Loin de là. Le matériau peut s’épanouir dans de nombreuses teintes, des tendres pastels aux bleus flamboyants en passant par des rouges un peu orangés. Pour le rappeler, Amélie Bannwart, nouvelle conservatrice de la Collection d’art verrier du Mudac, a choisi pour sa première exposition d’afficher la couleur. Les deux salles du haut du musée dédiées à «Chromatique» présentent une cinquantaine de pièces de la collection d’art verrier contemporain du Mudac, qui en compte plus de 600. Des œuvres de toutes les époques, des premières acquisitions des années 1960 jusqu’à la plus récente, en 2016. Et de toutes les formes: géométriques, organiques, figuratives ou abstraites. Les techniques de production aussi se révèlent très variées, entre pâte de verre, verre soufflé, thermoformé, coulé ou encore moulé… Du côté des créateurs, quelques grands noms tels Dali, pour un Cyclope réalisé en collaboration avec la cristallerie Daum, ou Jean Arp, qui a imaginé dans les années 60 Collage, ensuite réalisé par le maître verrier vénitien Egidio Costantini.

Dans la première salle, la scénographie, que n’aurait pas renié la marque Pantone, s’inspire de la théorie des couleurs du Suisse Johannes Itten. Les pièces y sont disposées de manière à former un dégradé de jaune, rouge, violet, bleu et vert. On relèvera parmi les pièces les plus poétiques Le couple et L’ombre du couple, du peintre, graveur et sculpteur français Pierre Dmitrienko. La première sculpture, jaune, figure deux silhouettes fondues en une. Dans la seconde, bleu foncé, les deux parties du duo se découpent bien plus distinctement. Au rang des curiosités, Aquaphobia, de Steven Michael Mccarroll, laisse voir, dans la tête sculptée, un paysage sous-marin.

Pour le bleu, il a fallu opérer une sélection drastique des pièces présentées, car dans les verres colorés de la collection du musée, cette teinte domine largement. «On suppose que c’est parce que le bleu a une grande importance dans le langage symbolique et culturel, c’est la couleur préférée de la moitié des Occidentaux. Mais aussi parce que l’oxyde de cobalt, nécessaire pour obtenir cette teinte, est celui qui a la puissance colorante la plus intense», remarque la conservatrice. Un verre rouge, qui résulte de l’ajout de protoxyde de cuivre, ne sera ainsi jamais éclatant. De quoi rappeler que l’histoire du verre coloré est aussi une affaire de chimie.

La salle du haut se présente sous un angle ludique et didactique. Dans un bac à sable s’exposent les Kosmosphaera, ces billes de verre géantes créées par Valérie Jacquemet, Jodoc Elmiger et Mattéo Gonet. Autre dispositif étonnant, Radio Light, de l’Américain Paul Seide. Les lianes de verre entrelacées qui composent l’œuvre sont remplies d’un mélange d’argon et de mercure en phase gazeuse qui réagissent sous l’impulsion d’ondes électromagnétiques. Lorsque la bonne fréquence est envoyée, la sculpture s’illumine.

Enfin, au fil du parcours sont abordés les expressions telles «bleu de peur» ou «vert de rage», les techniques de coloration du verre ou encore le volet plus scientifique de la perception des teintes par notre œil. Avec ce joli paradoxe: «Les couleurs des œuvres de cette salle n’existent que parce que nous les regardons.» (24 heures)

Créé: 08.07.2016, 10h44

Articles en relation

Le Mudac dévoile ses bijoux à Art Basel

Exposition Le musée du design lausannois donne à voir plus de 200 pièces issues de son fonds et de celui qu’il garde pour la Confédération. Plus...

Les œuvres de Plateforme10 numérisées pour les «palper des yeux»

Technologie Le projet pilote porté par le Musée de l’Elysée va s’appliquer au Mudac et au Musée des beaux-arts. Plongée dans la start-up de l’EPFL. Plus...

Deux musées pour une nuit à hauts risques

Evénement Le Mudac et le Musée de la main donneront le frisson au public demain, lors d’une soirée qui évoquera diverses facettes du risque. Plus...

Lire sans livre, c’est possible

Exposition Dans un parcours inattendu et ludique, le Mudac ajoute un onzième droit du lecteur à la liste établie par Daniel Pennac: celui de se passer du format papier. Créatif! Plus...

Le Pôle muséal a un visage et de l’ambition

L'année culturelle 2015 Le projet du bâtiment réunissant Mudac et Elysée est connu, l’ultime opposition au nouveau MCBA levée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...