Passer au contenu principal

La 31e édition de JazzOnze+ déploie de nouvelles ambitions à Lausanne

«C’est une année test, pour voir si le public continue à grandir.» Interview de Gilles Dupuis, directeur artistique.

Gilles Dupuis, directeur artistique de JazzOnze+, étoffe sa programmation avec l'ouverture d'une nouvelle salle, le BCV Concert Hall du Flon.
Gilles Dupuis, directeur artistique de JazzOnze+, étoffe sa programmation avec l'ouverture d'une nouvelle salle, le BCV Concert Hall du Flon.
PATRICK MARTIN

Pour ses 30 ans, l’an dernier, le festival lausannois JazzOnze+ avait ajouté un jour de concerts à son programme. L’édition jubilaire avait ainsi battu le record de vente de billets avec 3000 sésames écoulés. Cette année, le rendez-vous jazz, qui propose Jan Garbarek, Enrico Rava et Madeleine Peyroux en têtes d’affiche, s’étire dans l’espace, avec une nouvelle salle à son actif. Le BCV Concert Hall lui permet d’étoffer sa programmation et les Docks accueillent aussi une soirée, avec Femi Kuti. Questions à Gilles Dupuis, directeur artistique.

Pour se développer, il faut grandir?

Il était difficile d’évoluer dans les salles actuelles du Casino de Montbenon et il n’était pas imaginable de monter un chapiteau. Par contre, collaborer avec des salles déjà équipées d’infrastructures relevait de l’évidence. Nous travaillons déjà avec l’EJMA et la HEMU, nos voisins du Flon. Depuis le début, j’avais envie d’utiliser le BCV Concert Hall. Avec ses 200 places environ, elle permet des artistes qui ne feraient pas une tête d’affiche à la salle Paderewski, mais pas une première partie non plus. On privilégie les artistes suisses à cette place.

La salle accueille des artistes en vue (Vincent Peirani, Julian Lage, Avishai Cohen, Mammal Hands). Le public va suivre?

Je pense que nous avons une marge de progression. C’est une année test, pour voir si le public continue à grandir ou s’il se dilue dans les salles, comme cela peut aussi se passer. Car même si nous ouvrons la palette stylistique jazz, nous ne l’ouvrons pas autant que Montreux avec la pop ou Cully avec la world.

Quelles sont les nouvelles directions musicales que vous défendez?

Le groove. Dans des directions funk, avec Ghost-Note, formé par des musiciens de Snarky Puppy, ou encore Knower, duo qui travaille l’electro.

Avec cette orientation, l’offre gratuite se réduit. Quelle est la formule pour qui souhaite un maximum de concerts?

Il y a toujours un abo général à 290 fr., mais aussi un pass de soirée qui permet de suivre les concerts principaux dans chaque salle. Nous avons échelonné les horaires pour rendre la chose possible. Le vendredi, vous pouvez ainsi passer du concert d’Avishai Cohen au BCV Concert Hall, à celui d’Omar Sosa & Yilian Canizares à la Salle Paderewski, avant de finir avec celui de Ghost-Note à l’EspaceJazz.

Les subventions suivent vos ambitions?

Pas tout à fait, même si la Ville nous a libérés de la location du Casino (ndlr: 10 000 fr.). Nous tablons sur une augmentation de 20% des ventes pour atteindre notre budget de 527 000 fr.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.