Passer au contenu principal

Il y a 80 ans, la Nuit de cristal inspirait un oratorio

«A Child of Our Time» de Michael Tippett est interprété par le chœur de la Cité et le chœur Laudate

Oratorio monumental dans la grande tradition anglaise, mais profondément personnel, «A Child of Our Time» est le premier grand chef-d’œuvre de Sir Michael Tippett. À l’heure où l’antisémitisme reprend des couleurs inquiétantes, ce chant de compassion qui réunit les souffrances des juifs et des Noirs d’Amérique garde toute son actualité. Il n’avait plus été présenté à Lausanne au moins depuis 2002 avec le Chœur Faller, mais Renaud Bouvier, qui l’avait dirigé en 2013 avec le Chœur Cantabile de Neuchâtel, remet l’ouvrage sur son pupitre, en réunissant les chœurs de la Cité et Laudate de Lausanne, un quatuor de solistes ainsi que l’OCL en version très cuivrée.

Dimension spirituelle...

Créée en 1944, en pleine guerre, par un compositeur athée et pacifiste, l’œuvre avait été suscitée par l’indignation de la tristement fameuse «Nuit de cristal». Ce vaste pogrom, préfiguration de la Shoah, avait été organisé en Allemagne en 1938 par les nazis suite à l’assassinat d’un diplomate allemand à Paris par un juif polonais, Herschel Grynszpan. Dans son oratorio, Michael Tippett gomme les références historiques exactes pour lui donner une dimension spirituelle et universelle.

...pour l’humanité entière

Malgré son langage parfois dissonant, «A Child of Our Time» devient vite populaire, grâce aux cinq spirituals qui le jalonnent, évocation des chorals de Bach dans un oratorio, empruntés pourtant à la culture noire américaine. Tippett évoque ainsi l’oppression des juifs via celle des esclaves, une façon d’élargir le propos à l’humanité entière.

«Ce n’est pas de la musique contemporaine à tous crins, cérébrale, explique Renaud Bouvier. Au contraire, elle est très émouvante, très touchante, pleine de couleurs, et dans l’orchestration et dans les chœurs. C’est un cri contre l’oppression, contre la violence, contre la guerre. Si l’on cherche à en dégager une morale, je dirais que le salut, c’est d’accepter sa part d’ombre.»

Lausanne, Métropole Me 6 mars (20 h) Genève, cathédrale Saint-Pierre

Di 5 mai (17 h) Rés.: monbillet.ch www.choeur-de-la-cite.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.