Caroline Shaw dialogue avec Beethoven

ContemporainLa jeune et talentueuse compositrice américaine marque son territoire avec l’OCL.

Selon le NY Magazine, la compositrice américaine Caroline Shaw «a découvert un filon de la marchandise la plus rare dans la musique contemporaine: la joie».

Selon le NY Magazine, la compositrice américaine Caroline Shaw «a découvert un filon de la marchandise la plus rare dans la musique contemporaine: la joie». Image: Kait Moreno

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La musique qui s’écrit aujourd’hui n’est plus systématiquement synonyme d’agressivité acoustique et d’abstraction et l’OCL reflète ce retour à des harmonies plus douillettes, à l’image du tango échevelé et déchirant d’Osvaldo Golijov («Last Round») ou des harmonies ravéliennes de Karol Beffa dans sa mise en notes du conte «L’esprit de l’érable rouge» qu’on a pu entendre cette saison.

Dans cette veine qui n’exclut pas quelques dissonnances épicées, une compositrice américaine très en vogue à New York, Caroline Shaw, fait son apparition lors du dernier concert dirigé par Joshua Weilerstein. Elle incarne parfaitement cette fusion des genres à même de captiver un public infiniment plus large que le cénacle expérimental de l’avant-garde. Comme le dit Limor Tomer, du Metropolitan Museum of Arts de New York à propos de Caroline Shaw: «Il n’y a pas de seuil pour entrer dans sa musique. On n’a pas besoin d’avoir fait une thèse en Ligeti pour comprendre son langage».

Sonorités plurielles

Violoniste de formation, Caroline Shaw s’est surtout fait connaître par ses talents de chanteuse et par ses pièces vocales dont elle est souvent l’interprète. Avec son ensemble a capella Roomful of Teeth, elle a notamment composé une «Partita pour 8 voix» qui, tout en reprenant l’intitulé des danses baroques (Allemande, Sarabande, Courante, Passacaille) exploite toutes les ressources bruitistes de la voix, des cris, des chuchotements, des borborygmes, sans oublier les paillettes de la pop, le plain-chant médiéval, les polyphonies corses ou le chant diphonique mongol dans un cocktail pimenté et très effervescent.

Cette partition lui a valu d’être, à 21 ans, la plus jeune musicienne lauréate du Prix Pulitzer en 2013. Ce mélange d’écriture savante et populaire a le don de séduire jusqu’au rappeur star Kanye West dont elle remixe l’une des chansons et participe même à l’un de ses albums.

La création suisse de Caroline Shaw à l’affiche de l’OCL est cependant purement instrumentale. Il s’agit d’une commande du pianiste Jonathan Biss. C’est en 2015 que Jonathan Biss a lancé son projet de confier à cinq compositeurs actuel la tâche d’écrire des concertos qui répondent aux cinq concertos pour piano de Beethoven. Le concerto «Watermark» de Caroline Shaw intervient en miroir du «Concerto n°3», reflet fidèle ou infidèle? A découvrir les 17 et 18 juin prochains avec Joshua Weilerstein. Lequel a d’ores et déjà programmé une autre pièce de la New Yorkaise, « Entr’acte » pour orchestre à cordes pour la saison prochaine (13-14 novembre).

Une version de cet article a paru dans le supplément OCL saison 2018-2019 le 30 août 2018. (24 heures)

Créé: 13.06.2019, 11h06

Infobox

Les concerts

Lausanne, salle Métropole
Lu 17 et ma 18 juin (20 h)
Me 13 et je 14 novembre (20 h)
Rens.: 021 345 00 25
www.ocl.ch

Articles en relation

Caroline Shaw dialogue avec Beethoven

Contemporain La jeune et talentueuse compositrice américaine marque son territoire avec l’OCL. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.