Cette semaine, Montreux reçoit la Trinité électrique

FestivalTrent Reznor, Jack White et Nick Cave, trois papes pour trois magistères de l’esprit rock

Trent Reznor emmènera son groupe, le surpuissant vaisseau de metal industriel Nine Inch Nails, ce lundi soir à Montreux.

Trent Reznor emmènera son groupe, le surpuissant vaisseau de metal industriel Nine Inch Nails, ce lundi soir à Montreux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Bien sûr, Queens of the Stone Age a joué dimanche soir, et le carré d’as se transforme ce lundi en sainte Trinité. C’est déjà pas mal. Avec sa deuxième semaine, le Montreux Jazz inaugure un festin rock dont il n’aurait osé rêver, avec au menu de l’Auditorium Stravinski un tir groupé de cadors anglo-saxons, légendes encore très vives, non figées dans le marbre de leur gloire passée. Soit Nine Inch Nails ce soir, surpuissant vaisseau industriel dirigé par son ténébreux général Trent Reznor; Jack White mardi, dernier guitar heroe en date et sauveur de l’esprit garage; Nick Cave jeudi, commandeur d’un rock entre enfers et paradis. Il faut faire un choix? Essayons.

Nine Inch Nails

J’y cours:
La moins médiatique des stars du rock, Trent Reznor, n’en est pas moins l’une des plus essentielles. L’Américain en a révolutionné les codes en imposant les machines au cœur de la membrane, popularisant dans les années 1990 ce qui était alors un mode d’expression radical et élitiste. À l’heure où des pionniers de l’electro pop comme Depeche Mode rangeaient leurs ordinateurs, le reclus de Cleveland grimpait sur la vague grunge pour imposer aux radios américaines un rock industriel composé sur machines et fleurant bon l’apocalypse. Son fils prodigue Marilyn Manson lui volera la vedette au registre du croque-mitaine, mais Reznor est resté le maître incontesté de la hargne computérisée.

J’hésite:
Perfectionniste absolu et moine de laboratoire, le chanteur est parfois rattrapé en concert par cette rigidité déshumanisante, qu’il compensa souvent par l’apport de guitaristes fous furieux. Entre l’âme et la machine, l’équilibre est fragile. À voir aussi si le Stravinski pourra reproduire dans ses enceintes la puissance de feu de ses disques.

Jack White

J’y cours:
Parce que tous les stades du monde chantent a cappella les mesures de «Seven Nation Army», le garçon des White Stripes mérite déjà la palme du riff absolu. Amoureux de bluesmen obscurs comme de groupes punks oubliés, mais aussi de Led Zeppelin et de Bob Dylan, Jack White est à la fois un géant de la guitare et le chaînon manquant entre les époques et les styles. Sa virtuosité volatile rend imprévisible le menu qu’il offrira au Stravinski, exactement ce qu’on attend d’un concert au Montreux Jazz.

J’hésite:
À trop voltiger entre les genres et vouloir créer la surprise, White a récemment livré un troisième disque solo multidirectionnel et peu consistant, rameutant même des synthétiseurs. Le syndrome Led Zeppelin en fin de carrière? À Montreux, certains redoutent qu’il laisse la guitare en coulisses. Risque fort limité.

Nick Cave

J’y cours:
Rescapé d’un nihilisme postpunk qui l’amena de son Australie natale aux squats de Berlin, Nick Cave a également survécu à toutes les modes musicales, imposant son écriture, sa dégaine et sa voix comme un univers en soi – et une référence indépassable. On aurait pu le croire à son sommet quand il porta son élégance gothique au sommet des charts, en duo avec sa compatriote Kylie Minogue. Mais le stakhanoviste a fait du nouveau siècle l’époque de ses plus belles et puissantes compositions, très rare exemple d’un artiste dont les années n’émoussent ni la pertinence ni la notoriété. Le public, qui allait voir une survivance racée d’un certain esprit punk, vient désormais admirer une légende très vivante. Le Stravinski devrait être un superbe écrin.

J’hésite:
Le feu au casino? Les demi-finales de foot? La fin du monde? Aucune excuse. (24 heures)

Créé: 09.07.2018, 07h56

Infos

Montreux, Auditorium Stravinski jusqu’au sa 14 juillet
www.montreuxjazzfestival.com

Articles en relation

La House of Jazz, bientôt le lieu du festival le plus cool

Montreux Jazz Première édition pour le Petit Palais, où s’impose un Montreux Jazz Club en pleine montée musicale. Plus...

Quand Alice Cooper et John Lennon se saoulaient à Los Angeles

Festival Le Montreux Jazz accueille jeudi les Hollywood Vampires, légendaire club de rock stars seventies devenu gang de papys rock. Plus...

Énorme Massive Attack, extraordinaire Young Fathers

Critique En première partie des parrains du trip-hop, un trio écossais déboule sans crier gare et lance la transe Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.