John Nelson sonne la mobilisation générale

ClassiqueLe chef américain, spécialiste de Berlioz, prépare la «Missa Solemnis» de Beethoven avec le chœur Laudate Deum et l’orchestre Nexus. Son assistant Guillaume Berney dirigera à Lausanne. Rencontre.

John Nelson (à g.) et Guillaume Berney, qui dirigera la «Missa solemnis» de Beethoven dimanche à la cathédrale de Lausanne.

John Nelson (à g.) et Guillaume Berney, qui dirigera la «Missa solemnis» de Beethoven dimanche à la cathédrale de Lausanne. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est une occasion unique de pouvoir travailler avec John Nelson sur un projet pareil!» Guillaume Berney connaît bien le chef d’orchestre américain pour avoir déjà été son assistant à plusieurs reprises, notamment sur deux programmes du chœur Laudate Deum de Lausanne autour de Bach («Messe en si», «Passion selon saint Jean»). Mais aujourd’hui, l’enjeu est encore plus ambitieux. La monumentale «Missa solemnis» de Beethoven est interprétée à Notre-Dame de Paris, à la cathédrale de Lausanne (di 2) et au Victoria Hall de Genève (lu 3). Les forces en présence sont impressionnantes: quatre solistes de niveau international; le chœur Laudate Deum renforcé par la Maîtrise de Notre-Dame et le chœur du COGE de Paris; l’ORJP, l’orchestre de jeunes musiciens romands fondé par Guillaume Berney, qui se change en Nexus (lire encadré).

À 77 ans, John Nelson n’est pas près de poser la baguette. Le barbu bienveillant connaît même en ce moment une sorte d’état de grâce, où toutes les passions musicales vécues au cours de son existence trouvent leur consécration. Né en 1941 au Costa Rica dans une famille de missionnaires protestants, il a été d’abord chef de chœur et la musique sacrée est au centre de son travail.

La «Missa solemnis» de Beethoven reste pour lui l’un des plus grands défis. «C’est une œuvre gigantesque, presque impossible pour le chœur, reconnaît-il. Et surtout, elle finit en énigme, ce qui ne la rendra jamais aussi populaire que d’autres. Je crois que Beethoven était honnête et exprimait ici ses doutes légitimes. J’ai pour mission d’amener chacun à se donner une interprétation commune, une idée unique.» Cette vision personnelle, John Nelson en a noté tous les détails dans sa partition (tempos, accents, nuances, respirations), retranscrits sur le matériel distribué aux musiciens. «Ces indications sont des guides précieux, assure Guillaume Berney, qui s’y conformera lorsqu’il dirigera le concert de Lausanne. Elles donnent un élan plein d’énergie, évitant les lourdeurs et les lenteurs.»

John Nelson n’est jamais aussi à l’aise qu’en mobilisant de grands effectifs. Son premier haut fait en la matière remonte à ses 30 ans. Un ami l’encourage à faire quelque chose de grand et l’oriente vers «Les Troyens», l’opéra géant de Berlioz. «Je ne savais pas qui était Berlioz. Quand j’ai découvert la partition, j’ai été époustouflé! Nous avons réuni un orchestre free-lance, des choristes du New Jersey et donné au Carnegie Hall de New York la première exécution complète des États-Unis.»

Ce coup fumant lui ouvre les portes du Metropolitan Opera, où Rafael Kubelík le prend comme assistant en 1974 pour la version scénique de l’ouvrage. Il en dirigera deux représentations et sera aussitôt engagé pour la production de 1976 au Grand Théâtre de Genève! Mais il lui a fallu attendre plus de quarante ans pour réaliser son rêve: l’enregistrement l’année dernière pour Erato (quatre CD Warner) avec 300 musiciens, dont l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg et 18 solistes fantastiques (en majorité francophones), «un des plus beaux moments de ma vie!» Il y en aura d’autres: 2019 marque les 150 ans de la mort de Berlioz et John Nelson en sera le héraut. Lausanne, cathédrale. Di 2 (18h)

Genève, Victoria Hall. Lu 3 (20h30)

Rens.: 078 761 62 90 et www.monbillet.ch (24 heures)

Créé: 28.11.2018, 20h24

La métamorphose de l’ORJP

Fondé en 2010 par Guillaume Berney et ses collègues musiciens, l’Orchestre romand des jeunes professionnels (ORJP) était né de l’envie de travailler en vue de concerts publics, ce que les sessions de l’Orchestre de l’HEMU de Lausanne ne permettaient pas toujours. Sa nécessité vient aussi du constat qu’il est très difficile de trouver des places de stage d’orchestre à l’issue des études, même au sein du Sinfonietta de Lausanne, dont c’est la fonction première. «À l’époque, se souvient Guillaume Berney, le projet s’est monté rapidement et nous avons trouvé un nom plus fonctionnel qu’autre chose.» Du printemps 2011 à l’automne 2018, l’ORJP aura monté une vingtaine de projets, en collaboration régulière avec le chœur Laudate ou le Chœur des Gymnases Lausannois.

La forme associative du comité de l’orchestre, fondée sur le bénévolat, arrive cependant à ses limites. D’où l’idée de transformer la structure en fondation, et de changer de nom: ce sera Nexus pour signifier le nœud, le liant, la connexion. «La fondation nous apporte une nouvelle crédibilité, assure Guillaume Berney, elle nous permet d’engager quelqu’un qui soit rémunéré pour le travail de recrutement, et aussi de faciliter les exonérations fiscales des donateurs.»
En ce moment, Nexus semble trouver des débouchés à Genève, où il n’y a pas d’orchestre de promotion. Entre autres projets, un partenariat s’est noué avec l’Orchestre de Chambre de Genève, qui intègre certains des musiciens de Nexus dans une optique pédagogique pour plusieurs concerts. En débutant par trois événements dirigés à Paris et à Genève par John Nelson, Nexus est déjà sur orbite.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 18 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...