Joshua Weilerstein quittera l’OCL en 2021

ClassiqueLe directeur artistique sera resté six saisons avec un bilan plus que positif. Le président, Alexandre Curchod, a lancé la recherche du successeur et doit aussi remplacer le directeur exécutif.

Joshua Weilerstein dirige l’OCL depuis 2015.

Joshua Weilerstein dirige l’OCL depuis 2015. Image: Sim Canetty-Clark

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n’est ni une surprise ni une nouvelle réjouissante: Joshua Weilerstein ne prolongera pas son mandat de directeur artistique de l’Orchestre de chambre de Lausanne (OCL) après la saison 2020-2021, a annoncé l’orchestre ce jeudi. Même si Alexandre Curchod évoque ce départ avec tristesse, le président de la Fondation OCL ne se faisait guère d’espoirs: «Il n’est à la vérité pas surprenant qu’un jeune chef talentueux ne reste pas dix ans dans le même orchestre. Dans le milieu classique, où les chefs bougent beaucoup, un mandat de six ans est déjà appréciable.»

Quand le chef américain avait été nommé fin 2014, à l’âge de 27 ans seulement, c’était un peu le saut dans l’inconnu, même si tous les intéressés vantaient son énergie, son talent et son sens aigu de la communication – à raison. Le directeur artistique avait signé un contrat de quatre saisons prolongeables de deux. Et effectivement, en 2017, l’orchestre et le chef avaient prolongé le mandat comme prévu. Mais pas au-delà. «Il a d’autres projets ailleurs, indique Alexandre Curchod, et estime que c’est le bon moment de s’en aller.» «Je suis convaincu que la fraîcheur et de nouvelles perspectives sont aussi précieuses pour l’orchestre que la longévité et la stabilité», a expliqué Joshua Weilerstein dans son communiqué. En déplacement, il n’était pas joignable hier pour commenter sa décision.

«Son travail est totalement positif par rapport au répertoire et sur sa manière d’allier musique classique et décontraction»

Le passage de Joshua Weilerstein à Lausanne aura-t-il été une étoile filante ou un feu d’artifice? Les deux sans doute: ses initiatives commencent à gagner en ampleur au moment où il prend ses distances. Mais il reste plus de deux saisons pour apprécier l’effervescence qu’il communique aux musiciens. «Les choses se passent bien musicalement et personnellement, confirme Alexandre Curchod. Son travail est totalement positif par rapport au répertoire et sur sa manière d’allier musique classique et décontraction.» Ses prises de paroles toujours percutantes en début de soirée, l’essor des concerts Découvertes et Portes-ouvertes, le club OCL et ses afters sont à mettre au crédit d’un chef bouillonnant d’idées pour élargir l’audience. Le New-Yorkais reviendra à Lausanne le 1er mai pour présenter son avant-dernière saison 2019-2020, avec de grosses surprises à la clé.

Joshua Weilerstein a fait son annonce suffisamment à l’avance pour faciliter la recherche d’un successeur, estime Alexandre Curchod, qui a déjà mis sur pied un groupe de réflexion, sachant que ce processus peut prendre du temps. «Je veillerai à ce qu’on soit le plus efficace possible pour trouver un chef inventif et maintenir le niveau d’excellence.» C’est que le président de la Fondation OCL est confronté à un double défi: Benoît Braescu, le directeur exécutif, quittera aussi ses fonctions en 2020. «Heureusement, les deux départs ne sont pas simultanés, rassure Alexandre Curchod. Benoît Braescu aura fait dix ans d’orchestre à ce poste qui demande beaucoup d’énergie. Nous nous donnerons les moyens d’assurer une transition harmonieuse.» (24 heures)

Créé: 04.04.2019, 18h23

Commentaire

Deux perles rares à trouver

En grand professionnel qu’il est, Joshua Weilerstein s’en va pile au bon moment: ni trop tôt, puisqu’il a eu le temps d’apporter son savoir-faire et de faire fructifier ses projets; ni trop tard, car on sait déjà qu’on va regretter ses qualités. Pour sa propre carrière, c’est idéal. De la part d’un jeune chef doué, un premier poste à la tête d’un orchestre de chambre, aussi réputé soit-il, ne pouvait être qu’un tremplin. S’il restait plus longtemps, il donnerait l’impression de plafonner. Il peut désormais viser plus large, plus prestigieux encore. Ce sans-faute ne suscite qu’un bémol: Joshua Weilerstein est presque trop parfait!

Discret en public mais très présent en coulisses, hyperactif et dévoué, Benoît Braescu aura aussi beaucoup contribué au rayonnement de l’OCL en dix années passées à l’administration. Malgré les propos rassurants du président, le départ du directeur exécutif un an avant celui de Joshua Weilerstein augure une période délicate pour l’avenir de l’orchestre. Alexandre Curchod doit trouver deux perles rares en peu de temps.

Matthieu Chenal

Infobox

Prochain rendez-vous de l’OCL:
«Baba Yaga», conte musical dès 4 ans
Lausanne, salle Métropole
Me 10 avril (17h)
Rens.: 021 345 00 25
www.ocl.ch

Articles en relation

Joshua Weilerstein fusionne deux orchestres, le sien et celui de l’HEMU

Classique Le directeur de l’OCL faisait répéter jeudi la «6e Symphonie» de Tchaïkovski. Immersion avant le concert de dimanche. Plus...

L’OCL et son chef achèvent une année en beauté

Classique L’orchestre lausannois publie un album Stravinski avec Joshua Weilerstein. Derniers grands concerts de la saison lundi et mardi sous la conduite du maestro américain. Plus...

Joshua Weilerstein sait faire sonner l’orchestre

Classique Le nouveau directeur artistique de l’OCL a déployé son talent, avec gaîté et sensibilité. Critique. Plus...

Joshua Weilerstein donne un coup de jeune à l’OCL

Classique En présentant sa 1ère saison, le nouveau directeur dessine les priorités de son mandat. Plus...

Un Américain de 27 ans à la tête de l'OCL

Classique L’Orchestre de chambre de Lausanne a enfin trouvé en Joshua Weilerstein un successeur à Christian Zacharias. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.