L’OSR, le cap du nouveau siècle

ClassiquePour la saison 2019-2020, la formation centenaire fait le pari de la jeunesse et déploie des projets prometteurs.

Le directeur artistique et musical de l’OSR, Jonathan Nott, en concert au Victoria Hall.

Le directeur artistique et musical de l’OSR, Jonathan Nott, en concert au Victoria Hall. Image: NIELS ACKERMANN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un volume au carton épais, une centaine de pages qui accompagneront toute une saison et que le chef d’orchestre Jonathan Nott tient entre ses mains tel un petit trophée: «Lorsqu’il s’agit de se projeter vers l’avenir, on échange mille idées, on déploie ses envies et ses aspirations, raconte le Britannique. Et puis un jour, comme par miracle, le programme d’une année entière se concrétise, là sous vos yeux, dans ce catalogue.» Épaulé par la directrice générale de l’Orchestre de la Suisse romande, Magali Rousseau, et par le président de la fondation qui chapeaute l’institution, Olivier Hari, le directeur musical et artistique est venu présenter, jeudi, les traits saillants de la saison à venir.

Dans une salle de conférences d’un hôtel huppé de la place, on retrouve tous les acteurs du milieu musical romand. Un aréopage qui dit combien l’exercice en question est attendu, mais où brille par ailleurs l’absence de représentants du monde politique, alors même que l’OSR, avec ses 19 millions d’aides publiques, occupe les hautes marches parmi les maisons subventionnées.

Les fidèles revenants

Le survol de l’affiche de la saison 2019-2020, qui incarne ce que Magali Rousseau définit avec humour comme «le deuxième siècle, saison un» de l’orchestre né en 1918, permet de dégager très vite une poignée de lignes fortes. Il paraît par exemple évident que, sur le front des chefs invités, les programmateurs ont fait le pari de la jeunesse, en dirigeant les projecteurs vers ceux qui incarnent aujourd’hui la relève. Le manque de glamour, de noms qui font rêver large public et mélomanes avertis, est ici plutôt évident. On pourra néanmoins découvrir l’art de figures aussi prometteuses que Duncan Ward – suivi et encensé par Simon Rattle –, Rory Macdonald, Andris Poga ou encore Lionel Bringuier et Santtu-Matias Rouvali.

Cette même ligne verte, on la retrouve au sein de la troupe nourrie d’interprètes appelés à animer les concerts. Les revenants prestigieux ne manquent pas: le violoniste grec Leonidas Kavakos, par exemple, réaffirme une fois encore sa fidélité à l’institution. On dira de même de Renaud Capuçon, présent notamment dans la dernière tournée de l’orchestre en Asie. Le compositeur et chef Matthias Pintscher, qui dirige l’Ensemble intercontemporain à Paris, fait lui aussi une nouvelle apparition sous nos latitudes, tout comme trois violoncellistes racés, Gautier Capuçon, Truls Mørk et Jean-Guihen Queyras. Parmi les artistes confirmés, il faut encore relever la présence de la pianiste Elisabeth Leonskaja, de la basse Mikhail Petrenko – cette saison il a été Boris Godounov au Grand Théâtre – et du violoniste Sergey Khachatryan. Aux côtés de ces locomotives, on croise de nombreux jeunes musiciens qui attisent la curiosité et qu’il faut découvrir.

Parmi les projets alléchants de la saison, il faut souligner le volet consacré à la création contemporaine, domaine dans lequel l’OSR réitère un investissement conséquent. Commande a été donc passée au compositeur japonais Dai Fujikura, artiste que les musiciens connaissent plutôt bien pour avoir parcouru par le passé quelques-unes de ses pièces. Pour l’occasion, il sera question d’«Impulse, concerto pour piano n° 3», joué à Genève en première suisse. Richard Dubugnon sera lui aussi de la partie, en présentant le deuxième épisode («Via Lemanica, op.61 n° 2») de la série de tableaux symphoniques qui forment «Helvetia». Enfin le Français Yann Robin sera une saison entière en résidence auprès de l’orchestre, avec lequel il dévoilera au public un pan conséquent de son univers musical.

De Britten à Chostakovitch

Il y a encore un grand projet qui attire particulièrement l’attention et qui traverse une bonne partie de la saison. Celui qui fait croiser l’univers de deux figures aux destins tumultueux et aux vies contemporaines: Benjamin Britten et Dmitri Chostakovitch. Présente sur plusieurs concerts, cette mise en miroir s’affiche en septembre déjà, avec le «Concerto n° 1» du Soviétique et le «Peter Grimes, Four Sea Interludes op.33a» du Britannique. Plus tard dans le calendrier, on pourra écouter le «Concerto pour violoncelle n° 1» ainsi que les «Symphonies n° 4, 5, 10 et 14» de Chostakovitch, agrémentées à chaque fois par des pièces de Britten.

En attendant le déploiement de ce riche programme, l’OSR achève sa saison marquée par les fêtes de son centenaire et exportera sous peu son art dans une tournée qui le mènera en Chine, en Corée et au Japon.

Orchestre de la Suisse romande, toute la saison 2019-2020 sur www.osr.ch

Créé: 25.03.2019, 14h02

Passages vaudois

26 sept. 2019
Jonathan Nott dirige le violoniste Sergey Khachatryan dans une mise en miroir Britten-Chostakovitch (Métropole, Lausanne).

28 nov. 2019
Andris Poga à la baguette et Paul Lewis au piano pour le «Concerto No 27» de Mozart et la «Symphonie No 6» de Bruckner (Métropole).

30 janv. 2020
Britten-Chostakovitch sous la direction d’Alexandre Shelley (Métropole).

13 mars 2020
Nott dirige Alexei Ogrintchouk pour trois pièces de Strauss et une de Paul Dukas (Métropole).

23 avril 2020

Matthias Pintscher dirige du Berg et du Mendelssohn (Métropole).

9 juin 2020

Nott pour la «Symphonie N° 9» de Beethoven (Rolle, Rosey Concert Hall).

Articles en relation

Quatuor Terpsycordes dans la brise argentine

Classique La formation genevoise et le bandonéoniste William Sabatier explorent Piazzolla et récréent des chansons d’Édith Piaf. Un hors-piste distingué. Plus...

Maurizio Pollini, un piano pour scalpel

Classique Le musicien italien donne un récital attendu ce lundi à Genève. Entretien. Plus...

Renaud Capuçon donne vie aux Lausanne Soloists

Classique Annoncé il y a un an, l’ensemble à cordes du professeur de violon a répété pour la première fois à la Grange au Lac d’Evian pour préparer sa première tournée et son passage à Lausanne ce soir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...