La Riviera Vaudoise renoue avec «Les Virtuoses»

Ciné-concertPour fêter ses 50 ans, le brass band rejoue le film mythique de Mark Herman à Servion, quinze ans après sa tournée à succès.

Sur la scène du Théâtre Barnabé, tapis dans l’ombre devant l’écran géant, les 28 musiciens soufflent dans leurs cuivres au rythme de la baguette du directeur, Jean-Claude Bloch.

Sur la scène du Théâtre Barnabé, tapis dans l’ombre devant l’écran géant, les 28 musiciens soufflent dans leurs cuivres au rythme de la baguette du directeur, Jean-Claude Bloch. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Entre la Riviera Vaudoise et le film «Les virtuoses», c’est une véritable histoire d’amour. Pour fêter ses 50 ans d’existence, le brass band nomade a choisi de rejouer son plus grand succès au Théâtre Barnabé tout le week-end.

En 2005, la joyeuse fanfare amatrice se met au défi de monter son propre ciné-concert, en jouant en direct la bande originale du film britannique de Mark Herman sorti en 1997. Le spectacle se jouera plus de trente fois en Romandie, réunissant plus de 16'000 spectateurs, avant de faire l’objet d’une série documentaire sur la RTS.

«Reprendre «Les virtuoses» aujourd’hui, c’est rendre hommage au spectacle le plus marquant et le plus abouti de l’histoire de la Riviera, lance son nouveau président depuis 2019, le tromboniste Gérard Bottini. C’était aussi l’occasion de remotiver les anciennes troupes!» Sur scène, les 28 musiciens, tapis dans l’ombre devant l’écran géant, soufflent dans leurs cuivres au rythme de la baguette du directeur, Jean-Claude Bloch.

César du meilleur film étranger mettant en scène Tara Fitzgerald et Ewan McGregor, «Les virtuoses» raconte comment la musique unit Grimley, bourgade minière du nord de l’Angleterre ravagée par le chômage au milieu des années 90.

«Du pur cinéma anglais où l’on rit autant que l’on pleure, décrit le trompettiste Philippe Blanc, membre fondateur de la Riviera et président de 1997 à 2018. Et la musique est au cœur du récit! Il n’y a pas meilleur film pour représenter l’esprit de notre brass band. C’est une réunion populaire de personnages de tous milieux, de tous métiers, autour de la passion commune de la musique.»

Une fanfare déjantée

Fondée en 1970 à Lausanne par Jean-Louis Schmidt avec des musiciens de la Société militaire des carabiniers vaudois, du brass band ouvrier de L’Avenir de Lausanne et de celui des Collèges lausannois, la Riviera Vaudoise n’est pas une fanfare comme les autres. Rattachée à aucune commune, elle ne touche de ce fait aucune subvention publique. Pourtant, elle a commencé comme toute formation de cuivres, par briller au sein des traditionnels concours où se confrontent les meilleurs ensembles du pays.

«Au bout d’un moment, on s’emmerdait un peu, avoue franchement Philippe Blanc. Nous avons vite compris que notre but n’était pas de nous comparer aux autres musiciens, ni d’être dans la démonstration ou la performance.»

Alors, pour motiver ses troupes bénévoles à venir répéter chaque semaine à la salle paroissiale de l’église Saint-Étienne à Prilly, la Riviera décide de voyager et de se produire à travers le monde. Dès la fin des années 80, elle ira au Québec, en France, en Belgique ou au Royaume-Uni. Avant de trouver, dès 2005 avec la première des «Virtuoses», son créneau avec des spectacles originaux aux défis stimulants.

«Ce qui attire les musiciens à rejoindre la Riviera, ce n’est pas la qualité musicale. Des bons brass bands, il y en a partout. Notre objectif, c’est l’originalité, les représentations insolites», confirme Gérard Bottini. Depuis quinze ans, la Riviera a mélangé musique, cinéma, théâtre, danse et cirque «avec un côté déjanté».

Philippe Blanc d’ajouter: «Il faut toujours un petit os à ronger, sinon on ne reste pas cinquante ans dans une fanfare!»

Créé: 26.02.2020, 18h11

Articles en relation

Le brass band La Riviera vaudoise métisse ses notes de sons balkaniques et d’electro

Spectacle La formation revient avec une création intime intégrant accords d’ici et de l’est, comédiens et vidéo. Avant-goût. Plus...

La voix de Tyssa s'élève contre les discriminations

Portrait La chanteuse romande repérée dans «The Voice» incarne le rôle principal de la comédie musicale «Sister Act» chez Barnabé. Plus...

Les nonnes font leur show à Servion

Comédie musicale «Sister Act» se déhanche sur les planches de Barnabé. Une première en Suisse. Plus...

Servion, Barnabé

Ve 28 et sa 29 fév. (20h30) et di 1er mars (14h30)

www.barnabe.ch

Spectacles

2005 «Les virtuoses». Premier ciné-concert. Début d’une nouvelle ère pour la Riviera.

2007 «La valse à trois tons». Pour les 100 ans de CarPostal, c’est le public qui joue le rôle de la chorale.

2011 «La Riviera fait son cirque». Sous un véritable chapiteau, avec les artistes de l’École de cirque de Lausanne.

2012 «Une Riviera dans chaque port». Un conte musical qui se joue sur les bateaux, autour du lac Léman.

2014 «La Riviera prend son temps». Des cuivres, de la comédie, de la danse et… des claquettes.

2016 «Complètement à l’Est». Une création sur des airs balkaniques mêlés aux sons électroniques.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.