La fliquette «peu rentable» devenue artiste à succès

Portrait La chanteuse de Bévilard, trouillarde et casanière, savoure son succès entourée de sa famille.

J’ai été la policière la moins «rentable» de Suisse, tellement j’avais horreur de mettre des contraven­tions. En revanche, dès qu’il y avait un cas social à gérer, c’est moi qu’on appelait

J’ai été la policière la moins «rentable» de Suisse, tellement j’avais horreur de mettre des contraven­tions. En revanche, dès qu’il y avait un cas social à gérer, c’est moi qu’on appelait Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Fanny Diercksen est devenue Phanee de Pool sur un coup de tête. En septembre 2016, elle écrit une chanson, prend un vieux micro et l’enregistre sur un logiciel gratuit. Elle crée une page Web où elle charge son œuvre et part se coucher. «Il me fallait un pseudo pour mettre en ligne ma chanson. Comme j’étais policière, je ne voulais pas utiliser ma vraie identité. J’ai choisi Phanee de Pool pour son apparente consonance anglophone, pour le jeu de mots «nid-de-poule» et aussi parce que j’étais policière.» Le succès est immédiat, à tel point que la demoiselle décide de donner sa démission à la police quelques mois plus tard.

Une histoire sans calcul qui fait écho à son choix de carrière précédent. Pour remplir le frigo, la musicienne dans l’âme a dû se résoudre à choisir un «vrai» métier. Elle – qui s’avoue très peu scolaire – a postulé à «mille endroits» pour dénicher un métier comme journaliste, animatrice ou quelque chose qui puisse se rapprocher de l’univers dans lequel elle a baigné petite. «Mon père a travaillé à la radio, puis dans l’événementiel. C’est un collectionneur de vinyles de jazz. On les écoutait en boucle à la maison.» Et sa mère est pianiste concertiste.

Face à ses nombreuses candidatures rejetées et à l’état désespérant de son compte en banque, Fanny a plus que jamais besoin d’un boulot. «Un jour, je fumais à ma fenêtre et j’ai vu passer une voiture de police. J’ai décidé de m’inscrire à l’école de police de Colombier (NE) et, bizarrement, tout a fonctionné.» Fanny embrasse ainsi une carrière de fonctionnaire sécurisante à Moutier (BE). «Elle a besoin d’ordre et de stabilité, explique Nunzia Bertone, sa meilleure amie, rencontrée sur les bancs de l’école de commerce. Elle a fait son temps en tant que flic (ndlr: sept ans), c’est un domaine très difficile. Je l’ai parfois récupérée dans des états pas possibles.»

Pour écrire son album Hologramme, Phanee de Pool s’est inspirée de ses années de fliquette. «J’ai été la policière la moins «rentable» de Suisse, tellement j’avais horreur de mettre des contraventions. En revanche, dès qu’il y avait un cas social à gérer, c’est moi qu’on appelait.» Ses qualités humaines et son sourire communicatif ont certainement dû permettre de désamorcer des situations critiques. Mais la jeune femme de 29 ans n’a pas que des qualités. Nunzia Bertone confirme: «C’est une grande gueule. Elle dit ce qu’elle pense. À l’école de commerce, je devais lui donner des coups de coude pour qu’elle se taise! Aujourd’hui, je ne suis plus assez proche pour lui en donner, mais on se parle tous les jours. C’est la marraine de mon fils et elle lui a appris toutes les plus grosses bêtises!»

Des enfants, Fanny n’en veut pas. Elle ne se sent absolument pas la fibre maternelle. «Je n’aurais pas la patience.» La demoiselle trépigne, comme l’atteste Fred Valet, son manager: «Elle a envie d’aller plus loin, de se faire entendre par tout le monde. Comme elle n’a pas dû galérer pour avoir du succès, elle n’accepte pas toujours qu’on lui dise non. En mars, elle avait deux projets aux mêmes dates. Elle tenait impérativement à arranger les choses pour pouvoir aller en France et en Chine presque en même temps. Parfois, elle se comporte comme un enfant, mais cela va de pair avec sa candeur et son ambition.» Un petit travers de fille unique aussi, sans doute…

Tout se fait en famille

Si fonder une famille ne fait pas partie de ses plans, son clan est en revanche très important pour elle. Elle avoue ne pas avoir coupé le cordon avec sa mère, dont elle prend des nouvelles tous les jours. Son père, avec qui elle a été plus distante par le passé, est désormais son producteur et son agent. «Il m’accompagne à tous mes concerts. Il a lâché son poste de cadre à Bienne pour travailler avec moi.» Sa grand-mère, ses oncles, ses quelques amis sont indispensables à la stabilité de Fanny. Elle s’avoue bileuse, traqueuse. Elle n’aime pas quitter son nid et le déménagement qu’elle est en train de vivre l’angoisse terriblement. Elle quitte un appartement qu’elle adore pour aller vivre en colocation avec une ancienne collègue policière dans une autre ville du Jura bernois. Son salaire ayant diminué de moitié depuis qu’elle n’est plus employée de l’État.

Malgré son désamour des voyages et son besoin de rester près des siens, elle n’hésite pas une minute lorsqu’on lui propose de partir en Corée du Sud pour une série de concerts dans le cadre du Festival Mars en Folie. «En revanche, lorsque je tourne en Suisse, j’essaie de m’arranger pour partir le matin et être de retour dans mon lit le soir. Je ne suis pas une noceuse. J’ai la phobie de vomir, alors l’excès d’alcool ou de substances: très peu pour moi.»

Cette «très peu sportive» avoue ne plus manger de viande au grand dam de son papa. «Il a une formation de base de cuisinier. Lorsque je lui ai dit que j’étais végétarienne, son monde s’est écroulé. Pas facile pour lui de commencer à cuisiner du tofu.» Intègre et frondeuse, Phanee de Pool poursuit sa route avec son enthousiasme communicatif et son «slap» bien à elle. Un mot sorti de l’imagination de la chanteuse, contraction entre rap et slam. «Je ne supporte pas le slam, avoue Fred Valet. Mais le style de Phanee sort clairement du lot. C’est ce qui m’a plu tout de suite. Elle ne cherche pas à coller aux tendances actuelles.» (24 heures)

Créé: 28.02.2018, 11h11

Bio

1989 Naissance à Bienne. Un vrai miracle pour sa maman, qui pensait ne pas pouvoir avoir d’enfants.

2007 Elle s’inscrit à l’École de jazz et de musique actuelle de Lausanne, mais n’y reste pas longtemps par manque de patience, elle ne sait pas lire la musique.

2010 Son oncle Olivier Tschumi (l’un des frères de sa mère) est enlevé au Mexique. Malgré le paiement d’une rançon, on ne le reverra plus.

2011 Début de son école de police à Colombier.

2016 Sa chanson, Luis Mariano, est mise en ligne: dès le lendemain, elle a plus de mille vues.

2017 Le 1er janvier, elle prend la bonne résolution de quitter la police au 31 décembre et s’y tient. Le 15 septembre, sort son premier album, Hologramme.

2018 Sortie du clip de Luis Mariano, tourné de manière verticale pour être plus facile à voir sur les smartphones. Elle a déjà une quarantaine de dates de concerts fixées pour cette année.

Prochain concert:

le 17 mars à Onex
Puis plusieurs dates en Suisse

www.phaneedepool.com

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...