La pop coréenne a réussi son premier rendez-vous officiel en Suisse

MusiqueLe premier événement de K-pop du pays a réuni samedi près de 500 personnes au CPO de Lausanne.

Les concurrents ont fait honneur à leurs idoles.

Les concurrents ont fait honneur à leurs idoles. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Centre pluriculturel d’Ouchy (CPO) s’est mis à l’heure coréenne le temps d’une compétition de danse pop, samedi. Tout au long de la journée, des ateliers ont fait découvrir non seulement la danse, mais aussi la langue coréenne, la nourriture, les produits de beauté et les tenues traditionnelles coréennes. Des stands permettaient aux fans – principalement des 15-22 ans – d’acheter des objets à l’effigie des plus grands groupes de K-pop tels que BTS, Twice ou Exo. Dans la matinée, les initiés pouvaient démontrer leur talent en reproduisant les chorégraphies de leurs idoles.

L’après-midi, la compétition de danse a vu s’affronter, sur la scène du théâtre, neuf groupes et sept solos venus de Suisse, au rythme des plus grands succès de la pop coréenne. Un jury de chorégraphes et danseurs professionnels spécialistes de la K-pop notait les participants, soutenus par une foule de centaines de jeunes chauffés à blanc, reprenant en chœur les paroles de leurs idoles.

Naissance dans les années 50

Ce courant de musique coréenne prend racine dès les années 50, à la suite de la Seconde Guerre mondiale et un retour vers une certaine tranquillité. De nouvelles possibilités artistiques éclosent alors. La musique pop coréenne va exploser dès les années 2000 grâce à l’utilisation des réseaux sociaux et son succès ne fait que grandir année après année.

Au-delà du simple phénomène K-pop, la manifestation a regroupé un savant mélange entre la culture traditionnelle et les nouveaux modes de communication. La Coréenne Liz Yoon, arrivée il y a moins d’un an en Suisse, est l’organisatrice de l’événement. Elle cherche à se montrer reconnaissante après l’accueil qu’elle a reçu ici: «J’ai découvert des dizaines de groupes suisses de K-pop et j’ai simplement voulu les aider à s’organiser et leur apporter ma connaissance de l’écosystème coréen.»

«Une manière de s’affirmer»

Pour Rebecca Fuhrer, étudiante de 20 ans et membre d’un groupe de fans de K-pop à Genève, «c’est une manière de s’affirmer, les habits que l’on porte sont flashy, on nous distingue dans la rue. Cette culture développe aussi des vertus positives au quotidien telles que le calme et la liberté d’expression.»

L’intérêt des Suisses pour cette nouvelle culture étonne même les principaux intéressés. Hoon Choi, journaliste pour le bureau coréen de la télévision MBC, a fait le voyage avec un cameraman pour suivre l’évolution de la K-pop en Suisse. Il admet être «étonné» qu’un si grand événement ait lieu à Lausanne: «C’est impressionnant, tous ces Suisses qui représentent notre pays, s’exclame-t-il. Depuis une semaine que nous sommes arrivés, je vois un engouement total. Je ne m’y attendais vraiment pas!»

Créé: 27.01.2020, 09h39

Articles en relation

Drogue, viols et décès: rien ne va plus au royaume de la K-pop

Société Une série de suicides projette une lumière macabre sur ce genre musical et montre la pression subie par ces jeunes artistes, produits d’export du gouvernement sud-coréen. Plus...

Une star de la K-pop condamnée pour viol

Corée du Sud Le chanteur sud-coréen Jung Joon-young a été condamné à six ans de prison pour viol en réunion. Plus...

Une nouvelle star de la K-pop morte chez elle

Corée du Sud La chanteuse sud-coréenne Goo Hara a été découverte sans vie, un mois après le suicide de sa collègue Sulli, victime comme elle de harcèlement en ligne. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.