Du souffle et de la voix pour faire vibrer Cully

FestivalForte de 150 concerts – un record –, la 36e édition du Cully Jazz Festival ménage une place de choix aux chanteuses. Le Off, lieu de découvertes toujours plus affûtées, s’étoffe encore.

Le blues pop du duo malien Amadou & Mariam ouvre le festival sous le Chapiteau.

Le blues pop du duo malien Amadou & Mariam ouvre le festival sous le Chapiteau. Image: HASSAN HAJAJ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des voix de femmes comme s’il en pleuvait, des stars world, des noms pour aficionados du jazz et des découvertes exigeantes (ou dansantes) à faire gratuitement dans un Off pléthorique. La 36e édition du Cully Jazz Festival tient toutes ses promesses, forte de cette fameuse confiance que le public accorde à la manifestation depuis des années. Un public pas toujours spécialiste mais qui revient, autant pour ce carrefour musical bariolé que pour la convivialité d’un bourg qui se met en quatre pour l’occasion.


Le programme complet ici!


«C’est sûr qu’il y a des concerts que l’on remplit mais qui ne marcheraient pas forcément à Lausanne», se réjouit Guillaume Potterat, directeur en charge des finances qui se félicite d’une cuvée 2017 qui a frôlé les 90% de remplissage des salles et profité des quelque 64 000 visiteurs rendus possibles par le soleil. Pour le responsable «égoïstement satisfait du réchauffement climatique», il n’est pourtant pas question de se reposer sur ses lauriers.

Heureux d’avoir retrouvé un deuxième sponsor principal, Guillaume Potterat ne songe pas à développer le site du festival, mais demeure préoccupé par le niveau qualitatif du rendez-vous. «Un défi constant à relever. Cela passe autant par la pérennité de nos sources de financement que par l’image d’excellence que nous avons héritée et que nous devons faire perdurer.» Si le soleil ne se laisse pas commander, la programmation, elle, se maîtrise. «Le comité de programmation assure. La marge d’erreur de leurs projections sur la vente globale de billets ne dépasse pas les 2% à 3%.»

L’affiche de 2018 occupe ainsi de multiples terrains – 150 concerts, un record –, en assurant autant la présence d’artistes connus du grand public que des découvertes bien senties et de jeunes musiciens aux démarches pointues. Ce grand écart dont Cully est coutumier s’incarne au mieux dans la figure de Joshua Redman, saxophoniste qui allie très haut niveau musical et reconnaissance populaire. Le saxophoniste, hasard des programmations croisées, sera précédé à Cully par le trio de la pianiste Marie Krüttli, comme c’était le cas en novembre dernier au JazzOnze+ de Lausanne. Mais le souffleur américain, l’un des plus doués de sa génération, ne vient cette fois pas avec son trio habituel mais au sein d’une formation luxembourgeoise, The Reis Demuth Wiltgen Trio. La surprise est donc préservée.

Des chanteuses en vedette

Parmi les points forts de cette 36e édition, les chanteuses seront nombreuses à se succéder dans la salle amirale du Chapiteau. Dès l’ouverture, le Cully Jazz fait honneur à ses habitudes world avec le duo malien Amadou & Mariam. Idem pour ce qui est de fermer la marche, toujours sur des couleurs maliennes, en accueillant Fatoumata Diawara, avec -M- en invité. Côté masculin, Raul Midón donne de la voix et de la guitare au Next Step et la formation des Blind Boys of Alabama fera briller les splendeurs gospels le dimanche. Mais il faudra encore compter avec Lisa Simone, fille de Nina, Lucia Cadotsch, Youn Sun Nah, Lizz Wright, Ala.ni, Mélissa Laveaux, Zara McFarlane, Elina Duni… Liste non exhaustive.

Le jazz instrumental n’est pas en reste et il suffit de citer les noms de Renaud Garcia-Fons, du Trio Ponty-Lagrène-Eastwood, d’Ambrose Akinmusire, de GoGo Penguin, de David Krakauer & Kathleen Tagg ou de Bugge Wesseltoft, pour s’en convaincre. Parmi les Suisses qui font leur réapparition après avoir écumé les nuits culliéranes pendant des années, on trouve le pianiste Malcolm Braff au sein de SHIJIN, formation avec le saxophoniste Jacques Schwarz-Bart.


Le Off, toujours plus fort

L’évolution s’est produite progressivement, à petits pas, mais le Off du Cully Jazz, et ses dizaines de concerts gratuits, ne ressemble plus du tout à ce qu’il était il y a encore une dizaine d’années. Les sympathiques animations musicales pour caveaux à vin se sont transformées, au fil des ans, en un véritable laboratoire des dernières tendances du jazz avec un souci diligent de mettre les artistes émergents en valeur. Déjà très riche, son offre s’étoffe encore un peu cette année avec de nouvelles scènes en extérieur, en face de l’Hôtel de Ville et au bord du lac. «Elles ont été rendues possibles grâce à notre nouveau sponsor, détaille Guillaume Potterat. Elles visent aussi le public qui, les soirs de grande affluence, peut se retrouver frustré si les caveaux sont bondés.»

Spécialistes des dernières tendances pour le Off au sein du comité de programmation, Kate Espasandin et Damiano Boscacci admettent que la partie gratuite du festival est non seulement très bien fréquentée, mais les deux programmateurs ont aussi repéré un public spécifique, mélomane, attiré par cette seule offre, arrivant avec un programme dûment annoté. Cette plate-forme pour jeunes artistes peut déjà se targuer d’avoir repéré plusieurs «noms» désormais confirmés (comme Gauthier Toux) et ses propositions 2018 devraient faire de même. À surveiller! (24 heures)

Créé: 17.01.2018, 20h03

Cully Jazz

Du 13 au 21 avril 2018, découvrez le programme complet ici!

Josef Leimberg
Programmé dans le Off, le trompettiste a travaillé avec des stars du hip-hop. Gratuit au Club (sa 21 avril, 19 h).

Joshua Redman
Le saxophoniste est déjà de retour en terres romandes, mais avec un nouveau projet, en s’infiltrant au sein du Reis Demuth Wiltgen Trio. Un must, comme d’habitude.
Au Chapiteau, sa 14 avril (20 h 30).

SHIJIN
Sous le terme oriental se dissimule un nouveau quartet qui comprend le saxophoniste Jacques Schwarz-Bart et le pianiste vaudois Malcolm Braff, un habitué enfin de retour au festival. Next Step, ma 17 avril (19 h 30).

Lucia Cadotsch
L’une des nombreuses représentantes du chant de cette 36e édition, la Zurichoise d’origine grisonne a déjà gagné un Echo Jazz Award pour son album Speak Low et s’est distinguée
à l’international. Chapiteau, ma 17 avril (20 h 30).

Youn Sun Nah
Du chant jazz très pop. Chapiteau, me 18 avril (20 h 30).

Articles en relation

Avant les Fêtes, le Cully Jazz lève un coin de voile sur son édition 2018

Festival Révélant aussi son nouveau visuel, la manifestation annonce Youn Sun Nah, Blind Boys of Alabama, Rohey et Nik Bärtsch & HEMU Plus...

L'offre en jazz reprend du poil de la bête dans le canton

Musique D'Yverdon à Vevey en passant par Prangins, les initiatives autour de la musique improvisée se renforcent. Tour d’horizon d’un milieu qui rajeunit. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.