Les Prophets of Rage mettent une claque jouissive au Venoge

MusiqueGuitares et textes puissants, son impressionnant sur la scène principale, la première soirée de l'édition 2019, c'était du lourd!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Boum! Mercredi soir le Venoge Festival a démarré en trombes avec sa soirée rock. Du rock lourd, puissant et efficace, mais aussi porteur de messages forts qui ne se sont jamais embourbés dans les profondes ornières du parking.

Mise en bouche délicieusement grasse

Les gosses ont pu d'entrée tester la qualité de leurs protections auriculaires sous la tente de la River Stage avec les locaux de Hey Satan. Une mise en bouche délicieusement grasse pour une soirée où la dentelle ne faisait clairement pas partie du dress-code.

Les bandelettes de papier-alu, oui, si on en croit la tenue de scène de la fabuleuse chanteuse de Skunk Anansie, Skin. Une sorte de pompon argenté d'où dépassait un crâne lisse, immédiatement identifiable, a fait son entrée sur la scène principale. Mais rapidement la bise s'est amusée à faire danser les bandes de tissu dans son visage. De quoi énerver la panthère, mais il en faut bien plus pour l'étouffer. Débarrassée de son improbable costume de Mummenschanz, la belle a retrouvé son jeu de scène félin, tous crocs dehors.

Brexit visé

Un mordant dont elle a également fait preuve entre les chansons - essentiellement des extraits du dernier album «Anarchytecture» (2016) mais aussi des futurs morceaux pas encore enregistrés, ponctués de classiques attendus -. Rappelant que le groupe vient de Londres, Skin a pris le temps de conspuer le Brexit avant de mettre le public à genoux pour mieux s'y fondre. «On fête nos 25 ans d'existence, tout comme ce festival. Joyeux Anniversaire!»

Pas le moindre message en direction du public pendant le show de Sisters of Mercy. Le trio, souvent caché par une fumée épaisse et un subtil jeu de lumière, était fidèle à lui-même et sa musique gothique une respiration bienvenue avant les mastodontes du supergroupe Prophets of Rage.

Prophets of Rage, la claque

Les musiciens de Rage Against the Machine entourant Chuck D de Public Enemy et B-Real de Cypress Hill aux micros ont balancé une jouissive et attendue claque à Penthalaz. Avec le guitariste funambule Tom Morello au sommet de son art et le flow en forme de succession d'uppercuts des deux poids lourds du hip-hop, le supergroupe californien a fait pogoter le Gros-de-Vaud avec une énergie collective et un son de super qualité pour un festival.

Mieux, le public local s'est montré très réceptif au message hautement politisé que tient le groupe depuis sa formation en 2016 et l'élection de Donald Trump. Avec notamment son hymne «Unfuck the World», les prophètes de la rage appellent les gens à reprendre le pouvoir, à se rebeller sans toutefois oublier de s'éclater. Et c'est ce que le Venoge Festival a fait sans retenue, au son notamment du bon vieux «Jump Around» de House of Pain qui n'a pas pris une ride et du «Killing In the Name» de Rage Against the Machine, dont les paroles ont été modifiées pour viser aussi les bureaucrates. Dans les dents!

Créé: 22.08.2019, 12h10

Articles en relation

La fratrie Jackson fête cinquante ans de «boogie»

Venoge Festival Les quatre frères de Michael, à l’origine des Jackson Five, seront à nouveau réunis ce jeudi à Penthalaz. Plus...

Le Venoge Festival devrait fêter ses 25 ans à Penthalaz

Musique L’open air commence mercredi. L’occasion pour son président, Greg Fischer, d’évoquer le présent et l’avenir de la manifestation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.