Morrissey, légende light pour dimanche sage

CritiqueA Lausanne, l'Anglais a démontré par 16 contre 4 qu'il n'est plus le chanteur des Smiths.

Gamin de Manchester abreuvé de punk et de James Joyce, Morrissey a toujours laissé son extraction populo au coeur de sa musique.

Gamin de Manchester abreuvé de punk et de James Joyce, Morrissey a toujours laissé son extraction populo au coeur de sa musique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Classe prolo! Monté sur scène en costard laissant apparaître son solide poitrail, Morrissey démarrait dimanche son concert lausannois par Suedehead, du nom de ces jeunes skins non violents qui se sapaient de motifs Prince de Galles pour aller pointer à l'usine. Gamin de Manchester abreuvé de punk et de James Joyce, Morrissey a lui-même toujours laissé son extraction populo au coeur de sa musique et de son décorum: une photo géante noir et blanc de bad boys de Brooklyn couvre ainsi le fond du Métropole, rempli aux deux tiers pour cette première soirée «nouvelle formule». La vénérable salle de la ville s'encanaillait elle aussi aux sons du rock: prolo classe.

Son dandysme musculeux, Morrissey le chante, en des poses affectées qui font frémir ses fans. Il le module aussi en notes, par la grâce d'un organe de baryton que sa récente lutte contre le cancer n'a pas brutalisé. Il le scande, enfin (et surtout), en des chansons-messages que viennent surligner des vidéos militantes dignes d'un concert pour punks à chiens – prolo moins classe, du coup. Morrissey s'en fout: hors de la salle, ses T-shirts menacent: «mangez de la viande et je vous tue», dit l'un. Et depuis la scène, il s'étonne de la présence en ville de «ce cirque qui met les animaux en cages». A 56 ans, le chanteur n'a pas attendu que le végétarisme devienne un attribut bobo. En 1985 déjà, il déclarait Meat is Murder (la viande c'est un meurtre) avec ses Smiths.

Des Smiths, il n'en a pas été beaucoup question, hélas. Quatre chansons sur les vingt jouées, dont Queen is Dead en unique rappel, ont déçu les fans sans les étonner, connaissant la réputation d'intransigeance de l'oiseau. Morrissey vit en solo depuis bientôt 30 ans, The Smiths a duré moins de 5 années. La fragilité matoise des ados anglais, que portait la guitare magique de Johnny Marr, a laissé place au tir massif d'un sextette très monolithique qui, en deux heures de concert, impressionne parfois mais lasse souvent. C'est ainsi. Tout comme Lou Reed aimait ne pas jouer les tubes qu'on lui réclamait, Morrissey n'offre pas l'oeuvre pour laquelle on l'adule. A prendre ou à laisser. Prenons: un peu de légende, même light, ne nuit pas aux dimanches soirs.

Créé: 05.10.2015, 10h01

Articles en relation

Morrissey annule son concert aux Docks pour cause de maladie

Lausanne L'ex-leader de The Smiths ne se produira pas dimanche soir à Lausanne. Le concert est reporté à une date encore inconnue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.