On n’en a pas fini avec les folies d’Hervé

Opérette«Mam’zelle Nitouche» tournoie à Lausanne jusqu’à dimanche avec l’esprit débridé d’Olivier Py et Pierre-André Weitz.

Olivier Py en Mère supérieure, Samy Camps en Champlâtreux et Lara Neumann en Mam'zelle Nitouche dans la scène du paravent

Olivier Py en Mère supérieure, Samy Camps en Champlâtreux et Lara Neumann en Mam'zelle Nitouche dans la scène du paravent Image: Alan Humerose

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Mam’zelle Nitouche» tournoie à Lausanne grâce à l’esprit débridé d’Olivier Py et Pierre-André Weitz. Son compositeur, éternel rival et néanmoins ami d’Offenbach, Louis-Auguste-Florimond Ronger (1825-1892), Hervé de son nom de scène, vivra-t-il une renaissance à l’aube de son deux centième anniversaire? L’inventeur de l’opérette était profondément tombé dans l’oubli, mais la reprise de son plus grand succès, «Mam’zelle Nitouche», en tournée dans les théâtres provinciaux de France et à Lausanne jusqu’à dimanche fait l’effet d’une étincelle joyeuse qui pourrait mettre le feu aux poudres du «compositeur toqué». L’Opéra de Lausanne sortira d’ailleurs de la malle à Hervé «Les chevaliers de la Table ronde» pour la prochaine Route lyrique estivale.

«Cric! Crac! Cuillère à pots! Bidon su’l’sac! Et l’sac su’l’dos»

Respectant à la lettre le livret d’origine, mais poussant la truculence de la pièce jusqu’à l’absurde, le metteur en scène Pierre-André Weitz exploite la logique du travestissement compulsif. À part le ridiculissime Major, tous les interprètes changent sans cesse de costume ou de rôle, à commencer par Célestin, l’organiste de couvent devenant Floridor le compositeur léger (Damien Bigourdan, homme et voix élastiques), lequel entraîne dans sa double vie sa jeune élève, Denise de Flavigny. L’époustouflante Lara Neumann déploie toute l’étendue de sa voix pimentée et de son effervescence scénique avec une aisance jubilatoire, sans jamais tomber dans la caricature. Même l’invocation iconoclaste à Sainte-Nitouche fait mouche. Ce n’est pas toujours le cas d’Olivier Py, mais on attendait ses excès et il nous régale en Mère supérieure très myope, un peu moins en actrice Corinne sur le tard et à fond en soldat Loriot efféminé, chef-d’œuvre d’autodérision. Les régionaux de l’étape, à savoir le chœur de l’Opéra et l’OCL, sont à l’unisson d’une troupe galvanisée par ce clown polisson de Pierre-André Weitz.

Après son passage à Lausanne, la production ira exporter la dinguerie française à Broadway. Les Américains seront certainement surpris de découvrir dans cette comédie-vaudeville les germes de comédies musicales telles que «Sister Act» ou «42nd Street», avec en prime une bonne dose de comique grivois et de surréalisme avant l’heure. En 1883, Hervé avait déjà exploité tout le potentiel comique d’un couvent dévergondé, du spectacle dans le spectacle et d’une caserne sens dessus dessous. «Cric! Crac! Cuillère à pots! Bidon su’l’sac! Et l’sac su’l’dos.» On n’en a pas fini avec les folies d’Hervé. (24 heures)

Créé: 11.01.2019, 17h57

Articles en relation

Un concentré de folie et d’esprit français

Opérette Pierre-André Weitz redonne vie, sens et rythme à «Mam’zelle Nitouche», avec la complicité d’Olivier Py. Un spectacle à double fond à l’Opéra de Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.