Rinaldo Alessandrini parle Bach avec son accent du sud

Le claveciniste et son ensemble Concerto Italiano jouent l’Offrande musicale à Lausanne.

Rinaldo Alessandrini vient pour la première fois au Festival Bach de Lausanne

Rinaldo Alessandrini vient pour la première fois au Festival Bach de Lausanne Image: Morgan Roudaut

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Attendu et espéré depuis toujours, Rinaldo Alessandrini sera enfin présent au Festival Bach de Lausanne, apportant même L’offrande musicale en cadeau d’anniversaire pour conclure vendredi soir la 20e édition du festival. Rares sont les musiciens italiens à défendre la musique de Bach avec autant de persévérance et de régularité que le claveciniste romain, en soliste ou à la tête de son ensemble, comme il vient de le faire au disque en proposant ses propres orchestrations des Variations Goldberg (Naïve). Le grand connaisseur de Monteverdi et de toute la musique baroque italienne s’étonne pourtant qu’on s’étonne de son goût pour Bach: «Pour moi, renoncer à Bach serait difficile, confie-t-il. C’est notre pain quotidien qu’on a plaisir à manger. Une journée sans jouer Bach pendant une demi-heure serait une journée perdue.»

Et l’interprète de préciser combien cette musique peut aider autant sur le plan du travail technique de l’instrument qu’au niveau intellectuel de l’art de composer. À ce titre, L’offrande musicale représente un sommet de l’écriture savante de Bach: «Une musique belle mais pas immé­diate, qui témoigne de la grande synthèse du contrepoint qui le préoccupait dans les dernières années de sa vie. C’est aussi une œuvre énigmatique dont il donne la clé, mais pas la solution.»

Comme tous les musiciens baroques, Rinaldo Alessandrini souligne la parenté que les compositeurs établissaient entre la musique et le langage: «La musique est une langue et il est évident que celle de Bach est pensée en allemand, comme celle de Monteverdi l’est en italien. Nous essayons de jouer Bach en allemand, avec une prononciation différente et un goût prononcé pour certains traitements de la sonorité qui nous vient de la pratique de la musique italienne. Mais ne faut surtout pas essayer de la traduire en italien.» (24 heures)

Créé: 22.11.2017, 15h29

Articles en relation

Le Festival Bach fête 20 ans d’excellence

Classique Par son exigence dans le détail et sur la durée, la manifestation arrive à pousser les artistes à se dépasser. Démonstration avec Leonardo García Alarcón. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Macron et la France bloquée. Paru le 21 avril 2018.
(Image: Valott) Plus...