Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

«Anna Bolena» est le germe de l’opéra romantique italien»

Roberto Rizzi Brignoli dans la fosse de l’Opéra de Lausanne où il dirige l’OCL du 3 au 13 février.

Donizetti s’impose sur la scène lyrique grâce à «Anna Bolena», au 29e ouvrage… Qu’est-ce qui a marqué le public de l’époque?

Quelles sont les particularités de cette version de 1830 d’«Anna Bolena»?

Est-ce que ce sont les seuls changements?

1830, c’est l’apogée du romantisme, c’est «Hernani» d’Hugo, la «Symphonie fantastique» de Berlioz.

«Anna Bolena» a connu peu de productions et peu d’enregistrements, si ce n’est par quelques rares divas comme Maria Callas. Peut-on l’offrir aujourd’hui dignement sur une scène comme Lausanne?