En attendant Tarantino, Cari Cari prend l’Asse au lasso

NyonAprès avoir séduit le Zermatt Unplugged, la paire explosera mardi à Paléo.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les jolies fables ne sont jamais de trop pour se faire connaître. Stephanie Widmer et Alexander Köck auraient pu se contenter de raconter comment leur histoire d’amour s’est sublimée en notes, quand le couple à la ville est devenu duo sur la route après que «Steffi» a frappé sur une grosse caisse pour accompagner son mec à la guitare et au chant. Symbiose, osmose, magie, etc: sous le nom de Cari Cari, le résultat est suffisamment probant pour que la paire explose au fil des clubs de son Autriche natale, et plus loin jusqu’à Paléo, mardi, après avoir séduit le Zermatt Unplugged en avril dernier.

Mais c’est une autre histoire que sert Alex. En dehors de l’accident heureux (Steffi n’avait jamais joué de batterie), Cari Cari est né pour finir sur une bande-son de Quentin Tarantino. Voilà. «C’est à peine une blague, sourit le beau gosse en mocassins. On l’a lancé un jour sur scène, depuis c’est repris dans la communication autour du groupe. Mais franchement, comment décrire en mots sa propre musique? On nous dépeint country soft, folk pop, chill blues… Alors que quand tu dis «Tarantino» aux gens, ça évoque tout de suite des musiques, des ambiances, des couleurs.»

Celles de Cari Cari se savourent différemment en direct que sur son unique disque, «Anaana». En concert, le duo joue un rock feutré, à l’os, assoupli par la voix chaude et profonde de Steffi, magnifié par une osmose réelle et un talent de songwriting qui évite les clichés. Sur album, les ornements fleurissent à bon escient et assurent une touche de glamour pop, de délicatesse hantée par les effets d’écho et des bris de cuivres et d’harmonica… tarantinesques, mais plus «Django Unchained» que «Jackie Brown»!

«On écoute de tout, electro, hip-hop, qu’importe. Le seul truc qui compte: l’authenticité. On tourne beaucoup, et 80% de ce qu’on découvre se ressemble: technique parfaite, son parfait, image parfaite mais zéro feeling.»

Pas un hasard si Cari Cari fait un clin d’œil à Motörhead dans sa chanson «White Line Fever» (le titre de l’autobiographie de Lemmy) et s’il reprend Bob Dylan live. À Zermatt, chanté seul par Steffi et interprété tout en sobriété par Alex, «Don’t Think Twice (It’s Allright)» avait cueilli le public parfois turbulent du off. «Dylan, c’est le seul mec qui me laisserait sans voix si je devais le rencontrer, confesse le musicien de 26 ans. Je l’adule, vraiment. J’ai tellement écouté ses disques que j’ai longtemps hésité à aller le voir en concert. J’en parlais à Steffi il y a quelques semaines, en visionnant ses prestations récentes sur YouTube.» Steffi de poursuivre: «Pendant qu’il me faisait ses théories sur les légendes qu’il vaut mieux ne pas voir, j’avais dans mes poches les deux billets que je venais de nous acheter pour le concert de Dylan quelques jours plus tard!» Après avoir vu Bob, ne reste plus qu’à séduire Quentin.

Créé: 22.07.2019, 21h38

Playlist

Articles en relation

Le 44e Paléo ouvre avec Chistine and the Queens

Interview «J’ai des ambitions kamikazes», nous raconte la chanteuse, attendue mardi en ouverture de la 44e édition. Plus...

Paléo met le paquet pour ses 2% de billets invendus

Nyon Pour la première depuis plus de dix ans, le festival n’aura pas vendu l’entier de ses billets à son ouverture. Plus...

Paléo chassera le gaspillage alimentaire

Nyon Les festivaliers pourront acheter les invendus des stands en fin de soirée grâce à une collaboration avec Too Good To Go. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.