Passer au contenu principal

Babx et les Chinoises rient au Crochetan

Le chanteur propose un concert d’un genre particulier à Monthey.

Babx, ses nouvelles chansons ont donné un film motivé par son voisinage à Paris.
Babx, ses nouvelles chansons ont donné un film motivé par son voisinage à Paris.

L’alternance entre enregistrement d’albums et tournées a eu raison de chanteur plus solide que Babx. Après en avoir pondu cinq – de «BABX» en 2006 à «Ascensions» en 2017 – et réalisé d’autres pour des artistes comme Camelia Jordana ou L, le Français a voulu changer ses façons, quêter une recherche plus intérieure dans l’idée d’accoucher d’une tentative en solo. Suite à son dernier album, il avait déjà calmé jeu, ne donnant qu’une seule prestation à La Cigale et enchaînant sur un tout autre projet à la Philharmonie de Paris où il associait les univers de Doisneau et de Prévert. La fascination des images, la stature solitaire du poète…

Cette double attirance se retrouve dans le spectacle que le musicien propose jeudi à Monthey, au Théâtre du Crochetan. «Les Saisons volatiles» se rapproche du format film. Tout a commencé dans son appartement de Belleville, perchoir du 6e étage où le chanteur transpire sur ses compositions en observant la vie alentour quand l’inspiration est en panne. Sur le terrain de basket au bas de chez lui, des danseuses chinoises attirent son attention, présence régulière parmi le flux d’impressions qui lui vient de l’activité quotidienne de son quatier. Il filme, il compose et finira même par descendre à la rencontre de ses voisines virevoltantes. «Les Saisons volatiles» incorporent ces climats, capturés au piano.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.