Bertrand Chamayou embrasse large

ClassiqueLe pianiste français, artiste en résidence à Gstaad, cultive un appétit musical insatiable et une puissance de jeu inouïe. Rencontre.

Bertrand Chamayou à l’église de Saanen le 25 juillet, premier concert de sa série au festival de Gstaad.

Bertrand Chamayou à l’église de Saanen le 25 juillet, premier concert de sa série au festival de Gstaad. Image: Raphael Faux / Gstaad Menuhin Festival

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bertrand Chamayou pose sagement sur le programme du Gstaad Menuhin Festival 2019 barré en large du titre «Paris». Le pianiste français dégage un côté dandy pudique, reflet d’une éducation soignée baignant dans l’artistique. Il ne faudrait pas réduire le trentenaire à cette image de surdoué de bonne famille. Comme Maurice Ravel, dont il a enregistré l’intégrale de l’œuvre pour piano chez Erato, l’hyperactif bourreau de travail cache une puissante démesure derrière une exquise politesse et une discrétion d’oiseau de nuit. Longtemps confinée à la France où il détient le record des participations et distinctions aux Victoires de la musique, la carrière de Bertrand Chamayou a pris une envergure internationale depuis quelques années, faisant de lui l’un des pianistes français les plus en vue. Pas étonnant dès lors qu’il soit présenté comme «artiste en résidence» à Gstaad cet été, lui qui avait déjà répondu deux fois à l’invitation de Christoph Müller.

D’ailleurs, en tissant ce fil programmatique tricolore, le directeur du festival bernois a rapidement sollicité Bertrand Chamayou pour qu’il l’aide à choisir des œuvres et des artistes gravitant autour de la Ville Lumière: «Il a aussi été une source d’inspiration pour construire des contrastes dans les concerts de musique de chambre», reconnaît l’intendant. «Comme je l’ai expérimenté moi-même, d’excellents musiciens français ont de la peine à s’exporter, constate le pianiste. Il y a peut-être un côté «entre soi» des interprètes formatés par le Conservatoire de Paris; j’en sais quelque chose. Mais j’ai eu la chance de côtoyer des personnalités extérieures à ce milieu qui m’ont ouvert l’esprit, comme Sol Gabetta, Francesco Tristano, ou, bien sûr, ma professeure de Londres, Maria Curcio.» Chamayou a aussi suggéré à Christophe Müller le nom du compositeur Tristan Murail pour une commande, «Les neiges d’antan» qui sera créée le 1er septembre par l’Orchestre national de Lyon: «C’est sans doute le compositeur français le plus intéressant pour Gstaad, avec son rapport aux sons de la nature.»

Formidable appétit musical

Müller et Chamayou ont surtout concocté une série de cinq concerts entamée jeudi dernier, qui dresse un portrait non exclusivement hexagonal du pianiste. Car Chamayou ne se résume pas à Paris, même si le Toulousain de naissance y vit et y a fait l’essentiel de ses études. Très tôt doté d’un formidable appétit musical et d’une aisance folle à déchiffrer, le jeune Bertrand s’est constitué un répertoire gigantesque, toutes époques confondues. «Je n’ai jamais voulu contourner la musique française, mais j’ai eu longtemps peur d’être catalogué, précise-t-il. Je suis arrivé à Ravel par Liszt. Cela dit, je suis très heureux de jouer les concertos de Ravel et d’être reconnu comme héritier de cette lignée.»

Partenariat dans la confiance

Fait marquant de cette résidence, le pianiste y côtoie étroitement Sol Gabetta, qui est en quelque sorte la violoncelliste en résidence permanente des étés du Saanenland. «J’ai rencontré Sol à l’Académie de Verbier dans les années 90, se souvient le pianiste; notre amitié date de cette époque. Sa carrière a décollé beaucoup plus vite que la mienne. Nous avons joué ensemble pour la première fois il y a 15 ans et ça a fonctionné instantanément. Un partenariat à un tel degré de confiance et de liberté, c’est rare. On devine ce qui va se passer.»

Impression confirmée à l’écoute de leurs deux albums frémissants autour de Chopin et Schumann chez Sony. En duo, trio, quatuor, quintette ou avec orchestre, l’interprète a choisi «une succession de grands chefs-d’œuvre», qui ne disent qu’une partie de ses goûts et de son talent, et qui montrent un certain flair pour composer des programmes, à l’image des assemblages Franck/Schubert ou Beethoven/Messiaen. «De plus en plus, j’essaie d’abandonner les justifications musicologiques et d’associer des œuvres par instinct ou intuition, comme dans un accrochage.»

Créé: 29.07.2019, 16h46

Critique

«J’aime quand Saint-Saëns fend l’armure»

À l’église de Rougemont vendredi dernier, l’orage traînait encore ses dernières fureurs sur les hauteurs, mais Bertrand Chamayou avait décidé que c’était au tour du piano de faire entendre sa voix. Et quelle voix! Passée la gentille mise en doigts du «Blumenstück» de Schumann, le pianiste entraînait le public dans les masques contrastés du «Carnaval». Prétexte à tous les débordements, le cycle fondateur de l’univers schumannien surprend par une ampleur symphonique assumée. Ce ne sont pas là les soubresauts d’une intériorité fragile, mais des fulgurances douloureuses portées jusqu’au cri. Avec une lucidité et une rigueur qui évitent toute dureté. Clé de voûte du récital, les «Miroirs» de Ravel atteignent un degré d’accomplissement encore supérieur, par la magie d’un toucher qui sonne à la fois plein et clair, par l’éblouissement d’un phrasé d’une précision et d’une justesse admirables. «J’aime qu’un concert nous fasse voyager dans un univers et nous fasse rêver», affirme Bertrand Chamayou. Pari réussi: on a le mal de mer dans «Une barque sur l’océan», dans l’«Alborada del gracioso», on croit voir une corrida en trois dimensions. Avec ses moyens digitaux démesurés, le Français redonne goût et sens à la virtuosité un peu tapageuse des «Études» de Saint-Saëns, qui préfigurent ici et là la poésie de Debussy, l’obsession valsante de Ravel. «J’aime quand Saint-Saëns fend l’armure», nous confiait le pianiste. Avec Chamayou en fer de lance, c’est gagné!
M.CH.

Infos

Bertrand Chamayou à Gstaad

Gstaad, Saanen, église

Mardi 30 (19h30)
Avec Alina Ibragimova, Andreas Ottensamer et Sol Gabetta, «Quatuor pour la fin du temps» de Messiaen

Samedi 3 août (19 h30)
«La Truite» de Schubert, «Quintette» de Franck

Dimanche 11 (18 h)
Avant Bartók et les 80 ans du «Divertimento» composé à Saanen, Britten et Mozart
avec le Kammerorchester Basel

Rens.: 033 748 83 39
www.gstaadmenuhinfestival.ch

Articles en relation

Gstaad en bleu, blanc, rouge

Festival La manifestation des Alpes bernoises invite Paris et la musique française dans sa programmation relevée. Avant-goût. Plus...

Le Gstaad Menuhin Festival honore Paris

La programmation 2019 fait le pari de séduire le public en s’inspirant de la capitale française. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.