Bowie s'offre un buzz mondial pour son retour

LégendeDévoilé mardi, le nouveau single de la star a déjà été écouté plus de deux millions de fois sur Youtube. Après un premier accueil dithyrambique, les déçus jugeant ce come-back incompréhensible sortent du bois.

Le clip a été tourné à New York par Tony Oursler.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le dévoilement surprise du nouveau single de David Bowie en a estomaqué plus d’un mardi. Après dix ans de silence, Ziggy revenait!

La vidéo de «Where Are We Now» avait ainsi déjà été vue plus de deux millions de fois jeudi matin sur Youtube avant d'être retirée d'accès en Suisse, pour des raisons de droits d'auteur.

Largement acclamé à chaud, le single n’a toutefois pas convaincu tous les fans. Certaines voix discordantes commencent ainsi à se faire entendre. Même s'il n'est jamais facile d'égratigner une icône. Bilan.

Un single et une vidéo

Le clip de «Where Are We Now» fait honneur au mystère et à la mélancolie qui entourent l’univers de la star depuis ses débuts. La tête de David Bowie apparaît sur une poupée siamoise, dont l'autre visage ressemble étrangement à la chanteuse islandaise Björk (il s'agit en réalité de l'épouse de Tony Oursler, le réalisateur de la vidéo). Tournée à New York, le clip montre des archives de Berlin-Ouest, où vivait Bowie à la fin des années 1970.

Les paroles qui défilent sur l'écran évoquent justement la vie berlinoise de la rock star (le supermarché KaDeWe, l'appartement qu’il partageait avec Iggy Pop, le Dschungel Club…). Le chant est fragile, la voix un peu tremblante.

Produit par Tony Visconti, qui l’a suivi ces dernières années, le single sera suivi en mars d'un nouvel album, intitulé «The Next Day».

Critiques

«Ce n’est pas un grand come-back théâtral et parfait», observe le Telegraph. Pour le critique musical, la chanson poétique délivrée par Bowie a l’avantage d’être sans mystère et de ne pas laisser impatient de voir la suite.

La BBC voit en «Where Are We Now» une continuité des albums «Heathen» (2002) et «Reality» (2003) avec en toile de fond un enregistrement assez conventionnel. Une nouveauté serait à souligner: Bowie se souvient avec nostalgie du jeune homme arrogant et talentueux qu’il a été. Mais avec le ton d’un homme qui n’a plus rien à prouver.

D’ailleurs, privilège de diva, aucune interview ni date de concert ne sont prévues à la suite de la sortie de l’album, ont déjà prévenu les porte-paroles de l'icône citées par le Guardian.

«Ce n’est pas l’époustouflant come-back que nous aurions pu attendre du dieu du glam connu par le passé sous le nom Ziggy Stardust», assène le magazine People. L’article dénonce en outre les paroles peu percutantes du single, a l’exemple de «Une fois que tu sais, tu sais que tu sais» (The moment you know, you know you know).

«Si vous attendiez quelque chose d’enthousiaste et optimiste, vous ne le trouverez pas dans ce single», prévient Forbes, en soulignant que les fans trouveront toutefois tous quelque chose à aimer dans «Where Are We Now».

«Où est la grande scène, le grand geste?», s’interroge, éperdu, le Guardian. Bowie semble n’être devenu qu’un «pâle écho de ses glorieuses années des Seventies», se plaint le DailyMail.

Autant de critiques qui ne doucheront certainement pas l’enthousiasme de fans à la diète depuis dix longues années.

Créé: 10.01.2013, 15h13

Que faisait Bowie?

La question tarabuste la presse depuis mardi: à quoi le «Thin White Duke» a-t-il occupé ses journées dans son appartement new-yorkais ces dix dernières années?

Les avis divergent. Certains ont constaté avec douleur que Bowie adoptait un mode de vie de retraité pépère. S’occupant de sa fille Alexandra, 12 ans avec son épouse Iman. Faisant les courses au supermarché. Bref, menant une vie aux antipodes de son passé tourmenté de rockeur.

Depuis l’annulation de sa tournée en juin 2004 pour des raisons de santé, les rumeurs les plus folles courraient en parallèle sur l’existence d’une «grave maladie».

Son silence et sa vie de reclus ont été compris comme l’antichambre d’un décès imminent. Son refus de participer en juillet à l'ouverture des Jeux Olympiques de Londres n'a pas aidé à calmer la rumeur.

Concrètement, Bowie est apparu sur scène ces dernière années avec Arcade Fire, ainsi que pour des concerts caritatifs, ou des hommages à Syd Barrett et David Gilmour (ex-Pink Floyd). On l'a vu aussi dans quelques duos et collaborations, notamment pour l'album de Scarlet Johansson en 2008.

Déjà une reprise

A peine le single dévoilé, le musicien culte des 80’s et 90’s Momus a mis en ligne une heure plus tard, une nouvelle version de «Where Are We Now».

Le tout compile d’anciens tubes de Bowie. La vidéo montre des scènes de maquillage du film La planète des singes.

Une manière pour l’artiste écossais qui vit désormais au Japon d’alimenter sa légende, commente Les inrocks.

Articles en relation

Nile Rodgers a créé l’album Let’s Dance de David Bowie dans la région

Montreux Jazz Festival Le guitariste de Chic, qui se produit vendredi au Stravinski, a raconté ses souvenirs lors d'un workshop mercredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...