Passer au contenu principal

Cédric Pescia célèbre Satie en «fleur unique» de la musique

Au TKM, quatre soirées dressent un panorama de la musique française.

Cédric Pescia anime toujours la fin mai au TKM.
Cédric Pescia anime toujours la fin mai au TKM.
Uwe Neumann

«Que préférez-vous: la musique ou la charcuterie?» Tel est l’un des aphorismes facétieux d’Erik Satie dont Cédric Pescia se régale en préparant la fin de saison musicale du Théâtre Kléber-Méleau.

Comme chaque année au mois de mai, le pianiste conçoit et interprète avec ses amis musiciens la musique qu’il aime autour d’un fil rouge thématique. Erik Satie a eu pourtant droit à ses célébrations l’an dernier: celui qui affirmait «Je suis né très jeune dans un tempstrès vieux» aurait eu 150 ans en 2016. «Mais il faut rendre hommage à Satie toutes les années sauf quand c’est sa fête, rigole Cédric Pescia, si on veut être fidèle au personnage». L’interprète est ravi de se plonger dans des univers extrêmement variés et plaisants. «Depuis que je répète, je suis dans un état de bonheur assez rare. Satie est un personnage qui fait du bien.»

Sortant des sentiers battus, le pianiste évite soigneusement les tubes de Satie (Gymnopédies, Gnossiennes, etc.). Il révélera le mystique disciple de la secte Rose-Croix de Joséphin Péladan dans le Fils des étoiles (vendredi), le farceur populaire épris de chansons de cabaret, l’impassible commentateur de La mort de Socrateet l’auteur dadaïste de la musique du film Entr’acte de René Clair, dont Cédric Pescia jouera pendant la projection une version originale pour piano préparé (samedi).

En préparant la programmation avec Omar Porras, le directeur du théâtre, Cédric Pescia a cependant souhaité élargir la perspective à trois siècles de musique française, avec à chaque fois en prélude une petite pépite du Maître d’Arcueil. La soirée d’ouverture se plonge dans l’exploration des timbres menée par Claude Debussy dans ses sonates (1916) et par Gérard Grisey dans Vortex Temporum (1996). Mercredi verra les Concerts royauxde Couperin confrontés au Concertde Chausson, tandis que la soirée de jeudi s’enfonce dans la nuit de Dutilleux, Berlioz et Ravel.

Pour mener à bien ce projet, ce sont principalement des musiciens romands qui entoureront le couple Cédric Pescia-Nurit Stark: François Guye, le Quatuor Sine Nomine, le Lemanic Modern Ensemble, Marie-Claude Chappuis et Sarah Pagin sont de la partie.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.