La chanteuse Yasmine Hamdan sur la ligne de front

MusiqueLa Libanaise sort «Al Jamilat», un album qui pousse la pop orientale plus avant dans la modernité. Coup de fil à une héroïne

Avec «Al Jamilat», son deuxième album solo, Yasmine Hamdan chante une ode aux femmes sur des sons affûtés.

Avec «Al Jamilat», son deuxième album solo, Yasmine Hamdan chante une ode aux femmes sur des sons affûtés. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle se laisse attraper au téléphone alors qu’elle s’engouffre dans un taxi parisien qui l’amène à France Inter. Quatre ans après son premier enregistrement solo Ya Nass, il y a un frémissement soutenu autour de la chanteuse libanaise Yasmine Hamdan qui sort – enfin – l’album Al Jamilat. Entre les deux disques, il y a eu la scène du film de Jarmusch Only Lovers Left Alive où elle chante dans un bar de Tanger, mais aussi un certain nombre de couvertures de magazines, d’articles qui se saisissaient de cette figure féminine émancipée donnant à voir un autre Orient que celui de la peur et de la méfiance. Questions à l’une des rares artistes pop qui passe les nouvelles frontières de la guerre sur le fil du rasoir entre arabesques sans archaïsme et scalpel electro.

«Al Jamilat» va-t-il plus loin que «Ya Nass» dans les sons contemporains?

J’avais des envies. Il y a des choses que j’ai contrôlées. D’autres que j’ai laissées venir. Le son est produit, moderne, mais développe plusieurs univers, des humeurs différentes issues de croisements génétiques. Il englobe beaucoup de musiques. C’est la première fois que je travaille avec autant de précision et d’allers-retours sur un album avec des producteurs.

Les musiciens aussi, on repère Steve Shelley, batteur de Sonic Youth?

Oui, c’était génial. Beaucoup de choses ont commencé grâce à cet ami, en discutant. C’est lui qui a organisé la première session et qui m’a permis de rencontrer un musicien comme Shahzad Ismaily (ndlr: qui a joué avec à peu près tout le downtown new-yorkais).

Etes-vous en passe de devenir l’égérie d’un Orient moderne?

Ah bon? Vous me l’apprenez! Peut-être… Certaines personnes se projettent dans des questions identitaires et ont aussi besoin de s’aérer un peu la tête.

La situation au Moyen-Orient s’est aggravée si rapidement…

Oui, cela nous a tous pris au dépourvu, tant en Europe qu’au Moyen-Orient. Ce n’est pas encore décodable

Votre image, justement, n’est-elle pas prise dans une forme de parasitage politique?

J’ai toujours combattu les ghettos, me considérant avant tout comme artiste. Bien sûr, je me positionne politiquement. C’est aussi une dimension de mon travail, j’en suis très consciente: je dois donc éviter les clichés opportunistes. Mais la dimension politique rend aussi la situation plus excitante car elle dépasse ma personne et me donne des envies d’engagement. Mais parfois, certains magazines me renvoient à ma «race», à ma nationalité… C’est à double tranchant.

Le titre «Al jamilat» vient de là, qui signifie «les magnifiques», au féminin pluriel?

La chanson titres est une adaptation d’un poème de Mahmoud Darwish, une ode aux femmes, très belle, magique. J’avais ce besoin de douceur féminine dans un monde violent et fou, comme un rayon de soleil. Un hommage à des femmes passionnées, peut-être confuses et imparfaites, mais qui ont toutes du chien.

Créé: 18.03.2017, 20h02

L'album

Les producteurs britanniques Luke Smith (Foals, Depeche Mode, Lily Allen) et Leo Abrahams (Brian Eno, Carl Barât, Regina Spektor) donnent parfois au son d’Al Jamilat une violence barbelée et souterraine. «Il y a une acidité, une dissonance face à la douceur», confirme sa voix de sucre filé. Mais la chanteuse, grande collectionneuse de vieux disques orientaux, sait aussi faire grésiller les mille et une nuits d’antan, comme sur «Cafe». L’album, tel un puzzle aux pièces patiemment serties, miroite de flammes contradictoires mais crée un embrasement subtil où s’effacent les temporalités, les géographies.
Entre le «recyclage de propos de chauffeurs de taxi de Beyrouth» et d’immémoriales histoires d’amour, entre les échos d’instrumentations anciennes et le souffle impitoyable des machines. Un album complexe, envoûtant, marqué d’estafilades, et qui glisse parfois sur une pente ambient.

Al Jamilat
Yasmine Hamdan
Crammed

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...