Passer au contenu principal

Chostakovitch et Britten

L’OSR interprète deux cycles de mélodies du Russe et de l’Anglais.

Dimitri Chostakovitch
Dimitri Chostakovitch
Deutsche Photothek

L’amitié qui liait Benjamin Britten et Dimitri Chostakovitch, de part et d’autre du rideau de fer, représente le fil rouge de la saison de l’OSR, puisque quatre programmes leur sont consacrées au sein de la saison 2019-20.

Mais deux seulement sont repris à Lausanne. Après le concert de septembre, voici le second, dirigé par Alexander Shelley, au menu vraiment bouleversant puisqu’il réunit deux œuvres poignantes des deux musiciens passionnés de littérature. Benjamin Britten a fait un choix personnel de proses du recueil «Illuminations», de Rimbaud, qu’il réserve à la voix de ténor et aux cordes.

Pour un effectif orchestral similaire, la «14e symphonie» de Dimitri Chostakovitch (photo) confie au soprano et à la basse une série de textes de Garcia Lorca, Apollinaire, Küchelbecker et Rilke qui évoquent tous la mort. En réponse au «Lachrymae» pour alto et cordes de son ami anglais.

Lausanne, salle Métropole Je 30 janvier (20 h 15) www.osr.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.