Le cri de désir d’Anna Calvi

RockLa chanteuse anglaise sort «Hunter», album qui chasse un plaisir sanguin affranchi des limites de genres

Anna Calvi lâche les chiens du plaisir dans son nouvel album, «Hunter».

Anna Calvi lâche les chiens du plaisir dans son nouvel album, «Hunter». Image: Maisie Cousins

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dès son premier album, l’éponyme «Anna Calvi» en 2011, l’Anglaise gagnait ses galons de rockeuse à sang bleu nuit, une espèce plutôt rare au XXIe siècle. Sur le velours profond de cet enregistrement, elle exposait l’argenterie effilée d’un rock destiné aux vampires émotionnels – déjà le titre «Desire» –, en romantique éprise par les fantômes du passé qui citait plus volontiers Chuck Berry et Edith Piaf que les Strokes.

«Finalement, j’ai trouvé cette force intérieure. Et j’en suis très heureuse parce que chez moi, autrement, tout est petit, tout est faible», assurait-elle autour de minuit dans un restaurant lausannois. D’une voix en effet minuscule contrastant avec les résonances de furie que déployait sa gorge en concert. Après un «One Breath» qui maraudait en 2013 sur des domaines encore plus sauvages, la pythie de 37 ans repart en chasse avec l’album «Hunter» sorti vendredi, sorte de croisement émancipateur entre les deux premiers.

Cette fois, c’est depuis un taxi qui erre dans les rues de Londres que cette Diane contemporaine, auteure l’an dernier de la musique de l’opéra de Bob Wilson «The Sandman», lâche quelques commentaires sur un enregistrement réconciliant désir, animalité et élans lyriques somptueux avec la classe d’un fauve en rut. «La voix et la guitare me permettent d’exprimer la liberté. C’est une chasse qui ne s’exerce pas aux dépens de quelqu’un mais vise la découverte du plaisir.» Il suffit d’écouter «Wish», mêlant chuchotements fiévreux et solo de guitare déchaîné, pour prendre la mesure de la charge sexuelle de ce nouvel album. «Oh oui, il s’agit bien de s’explorer soi-même!»

Sexe et romantisme

Le romantisme, le sexe… Anna Calvi assume. Mais n’allez pas lui dire que la prédatrice évoluerait encore dans les bois noirs de la désespérance! «Il s’agit de plaisir, d’amour, d’espoir, peut-être d’utopie. Oui, il est romantique, mais il n’a rien de sombre.» Produit en compagnie de Nick Launay, responsable des derniers Nick Cave, «Hunter» traque le loup-garou en soi, sur ces territoires qui, si on ne les a pas arpentés, ne permettent pas de s’assouvir complètement.

«Don’t beat the girl out of my boy» assène son single irrésistible: ne répudie pas la fille qui est dans le garçon. Et l’inverse est probablement aussi cher à son cœur. Tour à tour proie et chasseresse, la chanteuse et guitariste revendique le droit de ne pas se conformer à ces assignations identitaires éprouvées dès la crèche. Et précise que son manifeste indomptable a été composé avant #MeToo.

Créé: 01.09.2018, 17h08

Sa lignée

Peu d’artistes peuvent se targuer d’un arbre généalogique aussi bien dessiné que celui d’Anna Calvi. Sans remonter jusqu’à Elvis – ses armoiries se brodent plutôt à l’anglaise – la chanteuse a de qui tenir quand on se penche sur son ascendance rock. Petite galerie non-exhaustive d’ancêtres chauffés au feu du tourment.

Marianne Faithfull
Queen Mum du rock anglais, l’égérie des Rolling Stones partage avec sa cadette un certain sens du venin, des blessures exhibées sans honte aucune. Et une collaboration. «Elle est venue avec sa guitare me rendre visite à Paris. Nous nous sommes assises, regardées dans les yeux. Anna est très romantique. Moi, je ne le suis pas particulièrement…»

Nick Cave
L’Australien anobli en Grande-Bretagne se pose en figure incontournable d’un rock de crooner crépusculaire aiguisé par des tournures abrasives. Le corbeau le plus majestueux du grand manoir musical a compris depuis longtemps que l’imprécation pouvait mener à la lumière. Dans son dernier album, Anna Calvi lui emprunte son producteur et un bassiste.

PJ Harvey
L’ex de Nick Cave fait un peu figure de grande sœur artistique pour une Calvi qui a essuyé de nombreuses comparaisons avec son aînée (ainsi qu’avec Patti Smith). Chez elles, la violence des sentiments se pare d’un mascara sonique étudié. Plus féroce à ses débuts, PJ Harvey a cherché de nouvelles voies à explorer, parfois dans un engagement politique et poétique.

L'album et un concert

Hunter
Anna Calvi
Domino

Anna Calvi sera en concert le samedi 17 novembre 2018 à Fribourg, à l'Espace culturel du Nouveau Monde
www.nouveaumonde.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...