Le Cully Jazz remonte sur le ring avec fougue

FestivalLa manifestation a dû puiser dans ses réserves mais les difficultés n’ont entamé ni son exigence ni son moral avec une très belle 38e édition.

Le Cully Jazz ne s’inquiète pas de l’avenir avec un Cheick Tidiane Seck qui donnera sous le Chapiteau un hommage à l’immense Randy Weston.

Le Cully Jazz ne s’inquiète pas de l’avenir avec un Cheick Tidiane Seck qui donnera sous le Chapiteau un hommage à l’immense Randy Weston. Image: NICOLA CINDRIC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On le savait déjà, mais le Cully Jazz le confirme: la Fête des Vignerons n’a pas fait que des heureux. C’est en tout cas l’un des aspects du bilan que tirait, mercredi en conférence de presse, la manifestation musicale de Lavaux au moment d’annoncer le menu de sa 38e édition. L’offre culturelle fortement accrue par la Fevi a semble-t-il prétérité la billeterie du festival. Le codirecteur Guillaume Potterat ne met toutefois pas toute la faute sur cette concurrence, puisque la météo rafraîchie par la bise et les investissements consentis pour diminuer les nuisances sonores après de multiples plaintes du voisinage ont aussi eu leur part dans le déficit 2019, d’environ 100'000 francs.

«Après cinq années de bénéfices, cela devait bien arriver une fois», assure un Jean-Yves Cavin, codirecteur en charge de la programmation, qui se veut rassurant. «Il a suffi de resserrer un certain nombre de postes et de ramener notre restaurant à un seul étage pour éponger près de la moitié du déficit dans le budget de l’édition à venir.»

Voilà pour les questions comptables. Le trébuchement financier n’a en tout cas pas entamé le moral et l’appétit de l’équipe de programmation qui se voulait confiante en présentant la cuvée 2020, offrant au passage un tire-bouchon aux journalistes présents. Force est de constater que les raisons de se réjouir de déboucher les festivités jazz annoncées sont nombreuses. «Nous restons sur notre ligne et continuons à défendre notre identité.» Le cap est donc fermement maintenu, même avec un supplément d’audace.

Les bonnes têtes

En 2020, le Cully Jazz a ainsi fait une croix sur les têtes d’affiche consensuelles, comme Thomas Dutronc l’an dernier, et prend plus de risques, notamment sous son Chapiteau amiral. C’est très perceptible avec la soirée de clôture (samedi 4 avril), affichant le funk et l’afrobeat UK de Kokoroko et le métissage hip-hop de Tank and the Bangas, deux jeunes groupes visant un public du même acabit. Même l’une des plus grandes stars de l’édition à venir, le groupe de fusion Snarky Puppy (lundi 30 mars) que Jean-Yves Cavin attend au contour depuis des années, ne fait pas partie des artistes qui ratissent large, en dépit du fanatisme d’un certain public.

Le Chapiteau double aussi son audace d’un joyeux éclectisme: retour d’une soirée blues (Popa Chubby et Lucky Peterson, vendredi 3 avril), hommage à Ella Fitzgerald par The Amazing Keystone Big Band (dimanche 29 mars), double ticket de figures italienne et argentine (Vinicio Capossela et Melingo, me 1er avril) ou encore un superbe plateau de jazz affûté avec Chris Potter, Bill Frisell et le trompettiste Avishai Cohen (samedi 28 mars). Entre autres.

Dans la course aux couleurs hybrides et aux (bonnes) surprises, le Next Step et le Temple ne sont évidemment pas en reste. La première salle avec les chanteuses Joy Crookes et Becca Stevens, le batteur futuriste Mark Guiliana (qui brillait lors du dernier JazzOnze+) ou encore Butcher Brown ou Neue Grafik Ensemble, champions d’un renouveau jazz très remuant. La seconde avec un solo du superbe pianiste Jason Moran, le dialogue entre la trompette de Paolo Fresu et la basse de Lars Danielsson, le chanteur brésilien Lucas Santtana, le duo Birds On a Wire ou encore Christophe Calpini et ses cordes. L’embarras du choix est désormais du côté du public.

Créé: 11.12.2019, 18h26

Le festival

38e Cully Jazz Festival
Du vendredi 27 mars au samedi 4 avril 2020.

www.cullyjazz.ch

Articles en relation

La foule des grands jours a soif de Cully

Cully Jazz Festival Les scènes ouvertes, les caveaux et les quais ont été les stars de ce démarrage très printanier du festival de jazz. Reportage Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.