«De toute ma vie, avoir repris tout Brassens est ce dont je suis le plus fier»

InterviewMaxime Le Forestier est de retour avec un nouvel album qu’il promet être le dernier. L’occasion, avec ce disque bilan, de revenir sur quarante années d’artisanat appliqué, d’amitiés endurantes et de vedettariat compliqué.

«Au moment où je vous parle, je suis persuadé que je ne ferai pas d’autre album, glisse le chanteur de 70 ans. Mais je l’ai souvent dit, alors il ne faut pas me croire.»

«Au moment où je vous parle, je suis persuadé que je ne ferai pas d’autre album, glisse le chanteur de 70 ans. Mais je l’ai souvent dit, alors il ne faut pas me croire.» Image: PATRICK FOUQUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Soulagé ou repus, Maxime Le Forestier? On se tâte. Le musicien sort de table, un gentil troquet au pied de sa maison de disques parisienne, ce qui pourrait expliquer son train de sénateur au moment de raconter «Paraître ou ne pas être», son 16e album, entre deux gorgées de café. Ça pourrait aussi être un état bienheureux, content du travail accompli, de la part d’un des derniers grands de la chanson française qui, pourtant, continue de douter et promet que chaque disque sera l’ultime. Il rit. «Je dis ça depuis trois albums. Mais j’avoue que c’est toujours plus dur au regard de son propre répertoire, de celui des autres, du poids des rimes et des sujets qu’on a déjà employés souvent beaucoup trop.»

Une chanson, cela s’attrape ou cela se cherche?
Ça arrive tout seul. Un bout de phrase, quelques syllabes ou trois notes… On tire sur le fil et le sujet apparaît en même temps que la chanson.

Est-ce que l’on gagne en confiance en soi, l’expérience aidant?
Même pas. (Il réfléchit.) Je ne crois pas.

Même après avoir repris Brassens en acrobate durant cinq ans, forcé de jouer à chaque concert un répertoire choisi au hasard par le public?
Ce n’était pas une manière pour moi d’apprendre mon métier, ni un exploit. De toute ma vie, c’est la chose dont je suis le plus fier. Brassens est pour la chanson ce que Bach est pour la musique classique: une borne. On se situe par rapport à elle, quoi qu’on fasse. Il méritait son Glenn Gould (ndlr: pianiste canadien spécialiste de l’œuvre de Bach) et je suis heureux que ce soit moi.

Ce compagnonnage n’a pas eu d’influence sur votre écriture?
Non, pas du tout. Ça m’a fait travailler la guitare! Mais j’ai réglé depuis belle lurette mes problèmes d’écriture par rapport à Brassens. Ce n’est plus un sujet. Entrer dans son style m’a définitivement convaincu qu’il était différent du mien et que je devais en prendre mon parti.

Par quelle chanson s’est présenté le nouveau disque?
Par «La vieille dame», qui m’est arrivée pendant la campagne présidentielle. Je voyais la France comme un pays ankylosé, une grand-mère qui a peur de traverser la rue. Alors elle se choisit un président-roi énergique, et deux ans plus tard elle veut lui couper la tête. C’est la même histoire depuis vingt ans. On attend du changement mais on le craint. Les gens prennent le président de la République pour un roi omnipotent. Carla (ndlr: Bruni, chanteuse et épouse de l’ex-président Nicolas Sarkozy) m’avait raconté le courrier qu’elle recevait à l’Élysée: on s’adressait à la reine, on lui demandait presque de guérir les écrouelles.

Elle est toujours une amie?
Oui, elle est passée de gauche à droite, ça arrive. Et puis, comme j’ai titré une chanson de l’album, «Les filles tombent amoureuses de n’importe qui». (Il rit.)

Le disque s’ouvre par une question sur la venue au monde et s’achève en questionnant la mort. Vous vous demandez si l’enfance a une date limite. Quelle fut la vôtre?
Je me le demande bien, justement. Avec le temps, tout a tendance à s’estomper. Ç’aurait dû être le service militaire, mais ma part d’enfance en est sortie indemne, heureusement.

Et l’arrivée du succès?
Il ne maintient pas dans l’innocence, c’est certain. Cela va peut-être choquer, mais je pense que le succès est un traumatisme plus puissant que l’échec. On ne peut pas imaginer les dégâts qu’il occasionne. Vous vous souvenez de Marco Beacco, aujour­d’hui décédé, à qui on avait demandé de faire coach vocal de la «Star Academy»? Il m’avait téléphoné pour me demander s’il devait accepter le poste. Je lui avais répondu: «Si tu acceptes, tu auras toujours une place au restaurant mais tu ne prendras plus jamais un café en terrasse.»

En avez-vous aussi parlé avec votre ami Julien Clerc, coach de «The Voice»?
Non, il était célèbre à 18 ans, il a l’habitude. Julien, on a l’impression qu’il est né célèbre. C’est marrant, il a beaucoup apprécié cette expérience de téléréalité. Il m’en a parlé avec un enthousiasme de gosse. Il m’a raconté comment il avait fait ses choix, comment il fallait gérer les règles du jeu… Il m’a surtout dit que cela l’obligeait à mettre des mots sur ses émotions, ce à quoi il n’est pas habitué.

Il signe sur le disque la musique de «Dernier soleil»…
Avec Julien, on est amis depuis quarante ans. Il m’a téléphoné alors que j’écrivais le disque dans ma maison près de Blois. «Je joue demain soir en ville, je peux dormir chez toi la veille?» Et comment donc! J’avais alors trois textes dont la musique ne me satisfaisait pas. Je les ai laissés négligemment sur le piano du salon, en supposant que Julien aurait envie de se dégourdir les doigts au réveil. Ça n’a pas manqué. Le soir après son concert, la première chose qu’il me dit quand je le retrouve en coulisses: «Au fait, j’ai ta musique.»

«Brassens m’a dit un jour: il faut quand même admettre que sans sa musique, «l’Auvergnat» est un poème assez médiocre»

Les notes sont légères, le sujet grave.
Oui. Il m’a dit de jouer des guitares avec des pickings, quitte à sonner un peu country. Il voyait ça ainsi. C’est toujours intéressant de marier les ambiances. Vous savez, la chanson est un objet hybride. Ce n’est pas de la grande musique, on utilise souvent des motifs déjà entendus. Ce n’est pas non plus de la poésie. Brassens m’a dit un jour: «Il faut quand même admettre que, sans sa musique, «L’Auvergnat» est un poème assez médiocre.» Mais on ne contredisait pas Brassens.

Avec le succès viennent le paraître et l’image que l’on donne de soi, un thème du disque. Vous en avez souffert?
J’ai décidé en un jour de casser mon image. C’est arrivé de Suisse, d’ailleurs, en 1975: le producteur m’avait envoyé des affiches pour des concerts chez vous, barrées d’un immense «Le célèbre chanteur contestataire». Le soir même, j’ai gommé de mon répertoire toutes mes chansons engagées. «Le parachutiste», «J’m’en fous de la France». J’en avais assez de mon image.

Comment considérez-vous l’implantation de l’écologie au premier rang des débats politiques?
C’est frustrant de penser que l’écologie s’impose parce que l’état de la planète le commande, avec le risque d’arriver trop tard. À l’époque, on nous traitait de pacifistes bêlants, d’utopistes ringards. Les fronts étaient idéologiques, ce qui n’est jamais constructif. Les écologistes politiques résidaient souvent en ville et se sont mis à dos les paysans et les chasseurs. J’habite à la campagne, mes opinions sont moins tranchées que quand j’étais jeune. Supprimez la chasse, et vous verrez les sangliers défoncer votre jardin. J’ai un ami agriculteur qui ne touche pas le SMIC et se trouve prisonnier économiquement de l’emploi du glyphosate. Tout n’est pas noir ou blanc.

Qu’écoutez-vous au quotidien?
Comme disait Didier Lockwood: je ne suis pas mélomane, je suis musicien. Quand j’écoute de la musique, c’est ce qui passe. De la chanson française, ces derniers temps. J’aime beaucoup Orelsan, il dit des choses qui m’intéressent.

Votre album présente comme toujours une patine acoustique. Avez-vous jamais joué d’une guitare électrique?
J’en ai acheté une il y a très longtemps, une Gibson Les Paul. Je l’ai jouée une fois, et c’était très laid. Elle a dormi pendant des années, et c’est mon fils Arthur qui l’a.

Il chante avec vous sur «Le ruisseau», qui évoque la vie qui serpente et s’en va au loin, de rives en estuaires. Il fallait la chanter avec votre fils?
Oui. Je la dois d’ailleurs à Arthur. Mon ami Philippe Lafontaine avait composé un bout du premier couplet, et Arthur l’a fait chier pour qu’il la finisse un soir. Dès qu’il est parti, on s’est rués dessus, lui et moi, comme une gourmandise. On l’a chantée à deux, juste pour le plaisir, comme on aime le faire avec «Bruxelles» de Dick Annegarn ou «La ballade de Jim» d’Alain Souchon. Arthur a une octave plus haute que moi, c’est très intéressant.

Une chanson de clôture en forme de bilan de vie en duo avec votre fils. Faut-il penser qu’elle sera la dernière?
Peut-être. Au moment où je vous parle, je suis persuadé que je n’en ferai pas d’autre. Mais je l’ai souvent dit, alors il ne faut pas me croire.

Créé: 09.06.2019, 12h11

Maxime Le Forestier dans le beau miroir de sa propre vie

«Paraître ou ne pas être», telle est la question. Derrière ce titre en jus de crâne, Maxime Le Forestier livre un disque paradoxalement frais et digeste, joué sur un tempo apaisé et sur une belle instrumentation boisée.

À l’heure des réseaux, la question de savoir ce que l’on montre et ce que l’on fait est résolue sur un tempo badin d’un piano bossa, que le chanteur fait swinguer en des consonances aguicheuses. L’ancien militant a trouvé dans le jeu une manière subtile de faire passer son message, même s’il ne renâcle pas à cibler frontalement «Le grand connard» qui sommeille en chacun de nous, ou «La vieille dame» vivant dans la peur de tout.

Mais dans ce disque court et élégant, les morceaux les plus touchants sont ceux offerts aux moments de vie, du berceau au tombeau, de «Date limite» au «Ruisseau» en passant par le charmant «Dernier soleil», chacun avec ses petits accords mineurs glissés au fil de la guitare, qui sucrent la chanson d’une nostalgie radieuse.

Sans aller chercher son inspiration aux quatre vents, Maxime Le Forestier livre à 70 ans un disque qui lui ressemble, à l’image du miroir dans lequel il se mire sur la pochette.



Paraître ou ne pas être
Maxime Le Forestier
Universal

En dates

1949 Naissance de Bruno Le Forestier à Paris, dans une bonne famille

1965 Renvoyé du lycée pour indiscipline

1966 Adopte le prénom Maxime. Forme avec sa sœur le duo Cat & Maxim. Joue du Moustaki

1968 Écrit pour Serge Reggiani «Ballade pour un traître»

1969 Service militaire, chez les paras. Interné, renvoyé. Lui inspire la chanson «Parachutiste»

1972 Premier disque dans la France posthippie. «San Francisco» et sa maison bleue, «Mon frère», etc. Un million de ventes. Joue à Bobino avec son idole, Georges Brassens

1975 «Saltimbanque» chante la mort de l’insoumis mao Pierre Goldman, frère de Jean-Jacques

1980 Double album live au Palais des Sports

1987 Renoue avec le succès après des années vaches maigres, version world avec «Né quelque part» et «Ambalaba»

1998 Commence son intégrale Brassens au gré des routes, puisant chaque soir parmi cent chansons du «Gros»

2005 Deuxième tournée Brassens

2013 «Le cadeau», son 15e album

2019 «Paraître ou ne pas être»

2020 En concert à Montreux, le 5 mars

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.