La disparition de France Gall endeuille toutes les générations

ChansonLa chanteuse a succombé à un cancer à l’âge de 70 ans.

La chanteuse est sacrée meilleure interprète féminine de l’année aux «Victoires de la Musique» , en 1987. AFP/ Bertrand Guay

La chanteuse est sacrée meilleure interprète féminine de l’année aux «Victoires de la Musique» , en 1987. AFP/ Bertrand Guay

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Bien sûr, Macron, Sarkozy, ainsi que bon nombre de chanteurs y sont allés de leurs tweets. Mais ce qui frappait ce dimanche, aussitôt le décès de France Gall connu, c’est l’abondance de réactions attristées, sur les réseaux sociaux, de personnes de toutes les générations. Non pas seulement celles et ceux qui ont grandi avec ses chansons, mais aussi tous les autres qui les ont ensuite découvertes, et qui semblaient communier et pleurer dans une sorte d’unanimité inconsciente.

France Gall avait été admise à la mi-décembre aux urgences de l’Hôpital américain de Neuilly. Elle y a passé Noël, puis le 31 décembre. Pour une infection pulmonaire sévère, avait communiqué son attachée de presse. Deux termes qui laissaient craindre le pire sans qu’on puisse le formuler ainsi. Ce qu’on ignorait alors, c’est que France Gall luttait depuis deux ans contre un cancer. La récidive de la maladie lui aura donc été fatale.

La chanteuse de 70 ans, dont la vie fut marquée par des deuils successifs et une carrière en plusieurs temps, est décédée ce dimanche matin des suites de sa maladie. Depuis, les chansons passent en boucle dans nos têtes et sur le Net, et les souvenirs remontent. De France Gall, née à Paris le 9 octobre 1947, on se souvient d’abord de ritournelles yé-yé délicieuses et insouciantes que la jeune Isabelle Gall, devenue France pour éviter toute confusion avec Isabelle Aubret, entonne sous la bénédiction paternelle. En effet, son père, Robert Gall, parolier – notamment de La Mamma d’Aznavour – lui fait signer un contrat chez Philips. Dès son second 45 tours, Serge Gainsbourg signe un titre pour cette Lolita qu’il emmènera deux ans plus tard à l’Eurovision. Poupée de cire, poupée de son est un rien calibrée pour le concours et le remporte (pour le Luxembourg).

Scandale des «Sucettes»

L’idole, déjà adoubée par les jeunes de l’époque et par Salut les copains, devient dès lors une grande vedette. D’autant plus qu’elle vient de sortir un autre tube, ce Sacré Charlemagne que les enfants adoptent. Portée par le succès et par Gainsbourg, France Gall est alors omniprésente et ses refrains, de plus en plus pop et de moins en moins yé-yé, chatouillent l’oreille de leurs refrains et couplets acidulés.

En 1966, Les sucettes met le feu aux poudres. Écrite par Gainsbourg, cette chanson équivoque fait scandale, d’autant plus que la chanteuse semble ne pas en saisir le sens. Mine de rien, la polémique met un frein à sa carrière. Malgré quelques autres succès, France Gall, qui a par ailleurs conquis des territoires comme l’Allemagne, l’Italie ou le Japon, décline en France. Le début des années 70 marque sa traversée du désert.

Rencontre avec Berger

Elle tente un come-back avec Frankenstein, que lui signe un Gainsbourg fidèle, mais le disque, sorti en 1972, fait un flop. Sa rencontre avec Michel Berger va la sortir de l’ornière. Il la reprend littéralement en mains, devient son pygmalion, son compagnon, et lui offre La déclaration d’amour, gros succès de 1974. Le premier d’une longue série qui culminera sans doute avec la comédie musicale Starmania, en 1979.

France Gall redevient une vedette de premier plan, s’essaie au disco, enregistre un duo avec Elton John, résiste contre vents et marées, rend hommage à Jerry Lee Lewis (Il jouait du piano debout), à Ella Fitzgerald (Ella, elle l’a), à l’ami Daniel Balavoine (Évidemment), puis s’engage pour l’Afrique (Babacar). Son harmonie entre vie artistique et vie privée est palpable durant toutes les années 80. Michel Berger lui donne deux enfants, Pauline et Raphaël.

Les années 90 démarrent sous d’excellents auspices. France Gall et Michel Berger décident d’enregistrer un album commun, Double jeu. Mais le 2 août 1992, c’est le drame. Michel Berger est victime d’une crise cardiaque foudroyante. Profondément marquée, la chanteuse se met alors en retrait des médias. En 1997, un nouveau drame l’anéantit. Sa fille Pauline, atteinte de mucoviscidose, décède subitement. France Gall décide alors de mettre fin à sa carrière de chanteuse, ne réapparaissant que de manière exceptionnelle. Ainsi, en 2000, elle interprète un duo avec Johnny Hallyday sur la scène de l’Olympia. Ce sera son ultime apparition scénique.

Pourtant, l’idole restera présente dans le cœur du public. Le jour des vingt ans de la mort de Michel Berger, elle annonce la création d’un spectacle musical en hommage à son compagnon défunt, Résiste. Le show partira en tournée en France, en Belgique et en Suisse. Et cartonnera.

En 2015, la résurgence de sa maladie est tenue secrète. Plus récemment, l’absence de la chanteuse aux obsèques de Johnny met la puce à l’oreille. Pour une fois, les rumeurs étaient malheureusement fondées. La variété française devra désormais faire sans France Gall. Triste!


Le tour de France en 5 chansons

Poupée de cire, poupée de son: En 1965, Serge Gainsbourg se découvre auteur pop à succès et se lâche sur cette commande en vue de l’Eurovision. Candidate du Luxembourg, la toute jeune France Gall entonne devant 150 millions de téléspectateurs cette cavalcade frondeuse et symphonique, avec une morgue juvénile qui colle idéalement au thème de «l’amour sans raison». Victoire surprise, célébrité monstre. Gainsbarre perçait sous Gainsbourg: il se montrera plus coquin encore en offrant à France ses Sucettes, un an après.


Si, maman si: Deuxième album produit par son compagnon Michel Berger et curiosité conceptuelle, Dancing Disco (1978) contient au moins cette chanson tout en accords mineurs, qui marquera la carrière de France Gall par son spleen ouaté. Comme un regard désabusé porté sur un vedettariat aux douloureux malentendus, ou la confession d’une demoiselle plus fragile qu’il n’y paraissait.


Il jouait du piano debout: L’hommage est aux années 50 mais le son «100% eighties». Basse ronde, percussions au cordeau, guitares funky, pointes de cuivres: le piano du titre ne s’entend paradoxalement presque pas dans ce clin d’œil à Jerry Lee Lewis, composé par Michel Berger en 1980. Y voir surtout une ode à la différence, contre «les trouillards à genoux et les soldats au garde à vous». Succès total, qui marquera le début d’une décennie offerte aux tubes Gall-Berger.


Résiste: Comme pour mieux gommer la petite fille naïve des Sucettes, trimbalée d’auteurs cyniques en pygmalions tordus (Claude François, notamment), France Gall met tout son cœur dans cette chanson-slogan, au titre définitif qu’elle répète 14 fois en 4 minutes et 33 secondes. Tempo carré, message itou: le public craque pour Résiste et l’album Tout pour la musique, qui frise le million de ventes en 1981.


Ella, elle l’a: Là encore, l’hommage à une chanteuse de jazz reçoit en 1987 les atours de son époque. Tout en nappes synthétiques et en rythmiques tribales et claquantes, ce tube de l’automne 1987 vaut à France Gall un ultime succès international, avec 1,5 million de 45 tours à travers le monde. L’album Babacar, qui la contient, est aussi son plus grand succès. François Barras (24 heures)

Créé: 07.01.2018, 19h33

Articles en relation

France Gall était une femme engagée

Musique Le président français a rendu hommage à la femme engagée pour les femmes, les sans-papiers et sur le plan humanitaire en Afrique, au Mali puis au Sénégal. Plus...

France Gall, la poupée des sixties

France La chanteuse française est décédée dimanche à 70 ans. Retour sur sa carrière et sa vie sentimentale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...