Les droits d'Universal sur l'œuvre de Prince annulés

MusiqueLa justice a déclaré nul le contrat par lequel le label Universal avait acquis pour 31 millions les œuvres non publiées de Prince.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Refusant de trancher entre les parties au litige, Kevin Eide, juge dans le Minnesota, a préféré annuler purement et simplement le contrat passé avec Universal. Il a estimé que les gestionnaires du catalogue du «Kid de Minneapolis» ne pouvaient se permettre la longue et coûteuse bataille judiciaire qui se profilait.

«Cette cour estime que les administrateurs (des biens de Prince) doivent se comporter de façon précautionneuse, afin de préserver les actifs placés sous leur gestion», a déclaré le juge Eide, de Carver County, la ville où est décédé l'auteur de «Purple Rain», dans son studio d'enregistrement de Paisley Park.

Coffres-forts de titres non publiés

Prince avait des coffres-forts remplis de titres non publiés, à Paisley Park. La question du sort de ces chansons s'était rapidement posée après sa disparition. Universal avait annoncé en février avoir acquis les droits sur les œuvres non publiées par Prince depuis le milieu des années 1990, quand il avait quitté le label Warner avec pertes et fracas, ainsi que sur un certain nombres d'enregistrements réalisés par Prince lorsqu'il était au sommet de sa gloire.

Mais les administrateurs de Prince avaient reconnu que ce contrat risquait d'entrer en concurrence avec les droits encore détenus par Warner. Ils avaient accepté en mai l'éventualité d'une annulation de l'accord passé avec Universal.

«Esclave»

Prince avait toujours été très critique des relations entre les artistes et les maisons de disques, ce qui l'avait poussé notamment à s'exhiber avec le mot «esclave» sur ses joues dans les années 1990. Si Prince était revenu chez Warner en 2014, près de quinze ans après avoir quitté ce label, il avait toujours réservé la diffusion de sa musique en streaming au site Tidal du rappeur Jay-Z.

Dans son dernier album, «4:44», celui-ci a d'ailleurs vertement accusé les administrateurs des biens de Prince. Il s'est notamment étonné que ceux-ci n'aient pas «mis son cercueil aux enchères». (ats/nxp)

Créé: 14.07.2017, 20h08

Articles en relation

Qui pour déterrer les titres non publiés de Prince?

Etats-Unis Ni Warner ni Universal ne peuvent prétendre avoir les droits sur les chansons inconnues de l'icône de la pop, selon la justice américaine. Plus...

Les clips de Prince sur YouTube, son ex-ennemi

Musique Un an après le décès de Prince, ses clips sont disponibles sur YouTube, plateforme à laquelle il s'était opposé jadis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ignazio Cassis semble avoir une longueur d'avance sur Isabelle Moret et Pierre Maudet dans la course au siège vacant au Conseil fédéral.
(Image: Bénédicte) Plus...