Passer au contenu principal

Les drôles d’oiseaux de Feu! Chatterton s’envolent

Avant les Docks, La Chaux-du-Milieu et Paléo, Sébastien, le Suisse du quintet, raconte les coulisses de la tournée.

Autour d’Arthur, de gauche à droite, Clément, Raphaël, Antoine et Sébastien,le Suisse du quintet: le quintet trentenaire de Feu! Chatterton sort son deuxième album, «L’oiseleur», et part en tournée.
Autour d’Arthur, de gauche à droite, Clément, Raphaël, Antoine et Sébastien,le Suisse du quintet: le quintet trentenaire de Feu! Chatterton sort son deuxième album, «L’oiseleur», et part en tournée.
LDD

Déjà sur la route, les drôles d’oiseaux de Feu! Chatterton confirment au deuxième album une excentricité racée. «L’oiseleur» lance des cris venus de cages thoraciques d’artistes décharnés, charpentés par des éclairs rock. Leur sainte Trinité – Apollinaire, Eluard, Aragon – leur a soufflé des vers. «Et Blaise Cendrars, bien sûr», sourit Sébastien Wolf, d’origine jurassienne. Gainsbourg et Bashung peuvent rêver tranquilles, la descendance assure. Si la grandiloquence pouvait pointer sur «Ici le jour (a tout enseveli)», l’horizon s’éclaircit. «Nous donnons moins dans l’artiste maudit mais restons des poètes de la mélancolie lumineuse», note le guitariste, 27 ans. Neveu d’une conseillère communale de La Chaux-de-Fonds, doctorant en physique, il raconte comment Feu! Chatterton conquiert le monde en tournant avec intensité jusqu’aux raouts de l’été, notamment Paléo. «Date beaucoup plus spéciale pour moi, La Chaux-du-Milieu, dans ma famille, le Jura de mon enfance.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.