Edith Fischer n’a rien perdu de sa vigueur

ClassiqueLa Semaine internationale de piano vit sa 30e édition à Saint-Légier.

Edith Fischer vit au Chili, mais revient chaque année à Saint-Légier.

Edith Fischer vit au Chili, mais revient chaque année à Saint-Légier. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«En lançant la Semaine internationale de piano, en 1990, je ne pensais pas du tout que cela durerait 30 ans.» Edith Fischer ne donne pourtant pas l’impression de vouloir lâcher son entreprise. Avec son mari Jorge Pepi-Alos, la fringante octogénaire porte à bout de bras ce rendez-vous des jeunes musiciens du monde entier et des mélomanes chaque mois d’août à Blonay-Saint-Légier. La 30e édition déroule ses concerts quotidiens du 17 au 24 août à l’église de La Chiésaz.

À l’époque, le couple de pianistes vivait à Blonay. «J’avais été invitée à donner un cours à Bruxelles en emmenant mes élèves, raconte Edith Fischer. Mais ceux-ci prenaient des cours avec d’autres professeurs. J’ai trouvé cette formule enrichissante et j’ai imaginé la reproduire dans notre région, en profitant de l’hospitalité de la Fondation Hindemith à Blonay qui accueillait déjà des master class.» Réservée au début aux seuls pianistes, la manifestation prend rapidement son nom définitif de Semaine internationale de piano et de musique de chambre, l’équipe de professeurs étant enrichie de clavecinistes, de violonistes, de violoncellistes et de souffleurs. «Nous choisissons les professeurs selon notre conception de la qualité musicale et humaine, poursuit la pédagogue chilienne. Comme nous passons ensemble une semaine intense, nous souhaitons avoir une ambiance agréable, des admirations réciproques sans luttes d’ego. Nous voulons donner à nos étudiants un exemple de vie professionnelle.»

Au fil des années, les anciens élèves des master class sont souvent devenus à leur tour des musiciens et des pédagogues réputés. C’est pourquoi les fondateurs ont souhaité inviter en priorité ces héritiers de l’enseignement d’Edith Fischer et Jorge Pepi-Alos. À l’exception de Jean-Marc Luisada, qui vient par amitié et fidélité – il joue l’intégrale des «Mazurkas» de Chopin le 21 –, on repère Liza Chung, pianiste coréenne, qui vient avec son mari Nestor Garrote, hautboïste du Teatro Colon de Buenos Aires, Gilles Landini et Erardo Vietti, tous deux enseignants à Neuchâtel, les Espagnols Miguel Angel Dionis et Alberto Rosado, ou encore Anna Brull, passée avec succès du piano au chant. Le concert du 22 réunira les pianistes pour un programme «à la carte» qui sera choisi par le public. Autre surprise, pour le concert final de samedi, les communes invitent le public à un voyage dans les salons Belle Époque, dans la cour du château de Blonay.

Créé: 14.08.2019, 22h04

Infos

Saint-Légier, église de La Chiésaz

Du sa 17 au ve 23 août (20 h), 19 h 30 le 21)

Blonay, cour du château

Sa 24 (20 h)
Rens.: 076 545 32 06
www.sipiano.com

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...