Passer au contenu principal

Eels soigne sa mélancolie au café fuzz et au doughnut de violon

En Suisse, seul Lucerne accueille cet été le songwriter du beau «Deconstruction». Coup de fil.

Les retrouvailles avec Eels se font au son des violons.
Les retrouvailles avec Eels se font au son des violons.
GUS BLACK

Quatre ans d’attente, un divorce, un enfant. Le retour d’Eels, soit le songwriter Mark Oliver Everett, 55 ans, ne s’est pas opéré sans détour… Le Droopy du folk-rock US n’en livre pas moins une nouvelle réussite, l’album «Deconstruction» qui fait danser la mélancolie entre envolées de violons et crépitement de guitare fuzz.

Ce fils d’un physicien connu pour sa théorie des univers parallèles pourrait la faire sienne, habillant à chaque nouveau disque son spleen de nouveaux atours. «Je n’avais jamais pensé à la comparaison», acquiesce au téléphone ce champion d’une morosité versatile. «Chaque album développe pourtant une dimension positive, même si la plupart des gens n’en retiennent souvent qu’une noirceur incroyable.»

Il faudrait pourtant être de mauvaise foi pour ne pas voir la lumière qui baigne «Deconstruction». «Ce titre n’évoque pas tant quelque chose de personnel, mais invite à abattre les murs derrière lesquels notre esprit se réfugie et à voir ce qu’il y a derrière. Un bon rappel, non?»

Presque apaisé, sauf dans ses moments d’euphorie électrique («You Are The Shining Light»), l’enregistrement étoffe ses orchestrations en naviguant entre sens du mélo et confession intime au gré d’un vocabulaire instrumental parfois étonnant: orgue, ensemble à cordes et chœurs languissants. «J’aime tous les sons, même les plus classiques. Je joue d’ailleurs de pas mal d’instruments. Pas toujours très bien… Les chœurs, par exemple, permettent de gonfler les sentiments de compassion.»

Pour un Eels plus lugubre se rabattre sur «Bone Dry», malgré ses «Shouby dooby dooby doo» ironiques.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.