Encordée au Norvégien Eivind Aarset, la caravane «Nordic Vibes» passe à Yverdon

FestivalAvec Bugge Wesseltoft et Nils Petter Molvaer, le guitariste fait partie des six concerts d’un jazz venu du froid proposés ce week-end. Interview

Eivind Aarset fait souffler le chaud de ses cordes électriques et le froid de ses effets électroniques.

Eivind Aarset fait souffler le chaud de ses cordes électriques et le froid de ses effets électroniques. Image: SALVATORE BOSCO/LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est un peu malséant de comparer un musicien à un plat, mais l’on profitera tout de même de sa nationalité pour rapprocher le guitariste Eivind Aarset du chaud-froid d’une omelette norvégienne, tant les vibrations volcaniques de sa guitare électrique côtoient le glacis sonore de ses effets électroniques. De sa versatilité qui tient parfois de l’alliance des contraires, le Norvégien tire des paysages sonores fascinants. «Je ne me lasse pas des ouvertures que cela permet», assurait hier au téléphone l’une des têtes d’affiche du festival «Nordic Vibes», qui s’installe à Yverdon-les-Bains en cette fin de semaine, avec également ses compatriotes Nils Petter Molvær et Bugge Wesseltoft au programme.

«Cela vient de mon background, précise celui qui avait entamé sa carrière de leader avec l’album Electronique Noire, en 1998. J’ai commencé comme un guitariste normal et j’ai développé l’électronique petit à petit, jusqu’à ce que cela change mon style. Mais cela a pris des années. Je ne suis pas le soliste typique: j’aime me fondre dans le son d’un collectif.» Après sa découverte de Hendrix et ses premières expériences dans un groupe de metal, le musicien a migré dans les parages plus libres du jazz, oscillant entre la recherche de sa propre orbite et ses nombreuses collaborations aux univers de ses pairs, notamment avec Nils Petter Molvær qu’il accompagnait déjà sur son enregistrement séminal de 1997, Khmer. «J’ai autant appris au contact des autres, en tant que sideman, qu’en étant responsable du son d’un projet.»

A la fin de la dernière décennie, le guitariste a même eu la chance de participer à l’enregistrement du dernier disque de l’un de ses héros, le trompettiste et sorcier sonore Jon Hassell. «Il a été l’une de mes principales sources d’inspiration, pas pour les morceaux eux-mêmes, mais pour son esthétique, ses différents mondes, sa capacité de créer avec un jeu épars contrebalancé par des phrases très précises.»

Pour ceux qui douteraient encore de l’amour des contrastes du Norvégien, il faut citer ses contributions à la musique du Tunisien Dhafer Youssef. «Une très belle association, même si c’est très éloigné de ma musique. Avec lui, j’ai toujours l’impression d’un voyage, j’aime créer des paysages sonores en arrière-fond à son chant – même si c’est toujours un défi!» Déjà initié à l’Orient par la musique de Jon Hassell, le Norvégien de 55 ans l’a aussi côtoyé à travers son intérêt pour le jeu du Turc Erkan Ogur.

Du metal aux Mille et une nuits, les tempêtes soniques d’Eivind Aarset, qui arrive à Yverdon avec deux batteurs et un bassiste, s’avèrent aussi érudites qu’éclectiques. Ce blond représentant d’un jazz nordique se méfie d’ailleurs un peu de cette étiquette neigeuse. «C’est surtout la génération précédente, représentée par exemple par Jan Garbarek, qui a effectué le travail d’affirmer une identité musicale différente de celle des Américains.»

Pourtant, au tournant du siècle dernier, les Scandinaves ont fait partie de ceux qui brisaient la glace d’un jazz devenu trop souvent synonyme de tradition, en empruntant notamment au vocabulaire électronique. «Avec Nils Petter, nous touchions soudainement un public totalement différent, avec beaucoup de jeunes dans l’assistance qui n’étaient pas forcément concernés par la question du jazz.» Si le guitariste se montre toujours plus épris par les plages méditatives, des lames plus rock peuvent toujours surgir de ses cordes. «Absolument. Je n’aime pas me forcer dans cette direction, mais si cette énergie survient, je suis.»

Créé: 01.02.2017, 08h32

Le programme

Vendredi 3 février
Helge Lien Trio (CMNV, 19 h 30), Bugge Wesseltoft’s New Conception of Jazz, 2016 edition (L’Echandole, 21h30), Ellen Andrea Wang (L’Amalgame, 22h45 + DJ Haircut dès minuit)
Samedi 4 février
Nils Petter Molvaer Solo (Place Pestalozzi, 17h45, entrée libre), Eivind Aarset (Théâtre Benno Besson, 20h), ADHD (L’Amalgame, 22h + Jean-Claude Disco dès 23h)
Rens.: 024 423 65 84
www.novajazz.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...