Passer au contenu principal

Le «feu du bayou» s’éteint encore un peu avec le décès d'Art Neville

Légende de La Nouvelle-Orléans, le clavier des Meters et des Neville Brothers est mort lundi.

Art, aîné des Neville Brothers, dit aussi «Poppa Funk».
Art, aîné des Neville Brothers, dit aussi «Poppa Funk».
SIGI TISCHLER

«Mardi Gras Mambo», son premier tube sorti en 1954 chez Chess, était devenu un classique du carnaval de La Nouvelle-Orléans. Décédé lundi à l’âge de 81 ans, Art Neville, l’aîné d’une fratrie qui a fait résonner le bayou dans la sono mondiale, n’allait pas s’arrêter en si bon chemin.

Enfant artistique de Professor Longhair, comme tous les musiciens de sa ville et de sa génération, l’organiste, compositeur et chanteur allume le feu du groove avant même les JB’s et Sly Stone.

Avec Little Richard

Après avoir accompagné un temps Little Richard, Art «Poppa Funk» Neville fonde avec ses frères un groupe qui allait devenir The Meters, «le meilleur groupe de scène du monde» selon Claude Nobs.

D’abord à l’œuvre pour les productions du pianiste Allen Toussaint (il joue sur «Lady Marmalade» de Labelle) et sur les morceaux de Dr. John – lui aussi récemment décédé –, la formation s’émancipe ensuite en mijotant selon une recette irrésistible un funk infiltré de vaudou, de jazz et même de reggae.

En 1975, année de leur «Fire on the Bayou», les Rolling Stones les invitent en première partie de leur tournée américaine. Frank Sinatra et Bob Dylan font aussi partie de leurs admirateurs. Puis, toujours avec ses frères (dont le chanteur Aaron et le saxophoniste Charles), il fonde les Neville Brothers, groupe toujours aussi estimé par ses pairs mais qui doit attendre 1989 et l’album «Yellow Moon» produit par Daniel Lanois (merci Dylan!) pour rencontrer un large succès populaire.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.