Fou d’opéra, Eric Pousaz avait une plume reconnue

Carnet noirL’ancien responsable de la musique classique à 24 heures est décédé. Hommage.

Les amateurs d'opéra pleurent la disparition du chroniqueur lausannois Eric Pousaz.

Les amateurs d'opéra pleurent la disparition du chroniqueur lausannois Eric Pousaz. Image: Marius Affolter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Emporté par une crise cardiaque à 71 ans, Eric Pousaz a été longtemps pour les lecteurs de 24 heures un critique musical réputé et craint. Pendant quelques années, ce professeur d’allemand au Gymnase de Burier, qui intimidait certains élèves, avait assumé la responsabilité de la rubrique musique classique pour le quotidien, au départ de Numa Tétaz. Grand spécialiste de l’opéra, le Lausannois écrivait encore régulièrement pour Scènes Magazine et Opéra Magazine.

«Il avait la dent dure et, de prime abord, un air très sévère, mais quand je l’ai mieux connu, j’ai compris qu’il cachait sa timidité derrière cette férocité. On découvrait alors un bon vivant très attachant.» Renée Auphan décrit ainsi Eric Pousaz, décédé alors qu’il se rendait au Grand-Théâtre de Genève pour assister au Barbier de Séville de Rossini. Combien de Barbier avait-il vu jusqu’ici? On n’ose imaginer le nombre, et dans presque tous les opéras du continent!

L’ancienne directrice de l’Opéra de Lausanne avait donc fait sa connaissance comme critique très exigeant et pas toujours tendre avec ses productions. Mais au moment où elle s’apprêtait à prendre la direction du Grand Théâtre de Genève, elle a fait appel à lui pour qu’il rédige les programmes de chaque ouvrage et, surtout, pour qu’il parte à sa place, en quête des meilleures voix. «Il voyageait déjà pour ses critiques, poursuit Renée Auphan, alors je lui demandais des comptes rendus sur certains chanteurs que je voulais engager. Il me décrivait en détail chaque voix et il m’aiguillait. Parfois, quand je ne pouvais pas aller écouter quelqu’un qu’il me recommandait, j’engageais des chanteurs uniquement sur ses conseils. Pendant six ans, il a été la moitié de mon oreille.» Et une plume à la fois mordante et éclairante.

Créé: 21.09.2017, 11h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.