Avec Frank Woeste et GoGo Penguin, le jazz met le paquet pour retrouver la piste cool

DisquesPunch et sonorités affûtées: les ingrédients de «Pocket Rhapsody», du clavier Frank Woeste. Le trio GoGo Penguin brise aussi la glace avec brio

Allemand établi à Paris, le clavier Frank Woeste signe avec «Pocket Rhapsody» un album irrésistible.

Allemand établi à Paris, le clavier Frank Woeste signe avec «Pocket Rhapsody» un album irrésistible.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il faut sauver le soldat jazz! Trompeusement assimilée à une musique d’antiquaires, la note bleue n’a parfois aucune peine à se transformer en fusée sonore tout ce qu’il y a de plus actuelle. L’un des plus récents champions de cette course décomplexée contre les préjugés, le trompettiste Ibrahim Maalouf, a imposé l’an dernier son dernier album électrifié Red & Black Light jusque sur les plateaux de la télévision – une prouesse pour de la musique purement instrumentale.

Le souffleur, qui fera bientôt l’événement en clôture du prochain Cully Jazz (sa 16 avril), montre justement le bout de son cuivre sur le nouvel enregistrement du clavier Frank Woeste. Un échange de bons procédés, puisque le pianiste a déjà contribué à plusieurs productions du souffleur d’origine libanaise, dont Khaltoum, son album très jazz en hommage à la diva égyptienne.

Le beau monde de Frank

Allemand établi à Paris depuis une vingtaine d’années, Frank Woeste, 40 ans, a déjà mis son nom sur de nombreux projets issus de la très dynamique scène française. Le trompettiste Médéric Collignon, la chanteuse Youn Sun Nah, le flûtiste Malik Mezzadri ont déjà dialogué avec ce virtuose des formes. Tout comme ses aînés Michel Portal, Louis Sclavis ou John Scofield. Mais, avec son tout frais Pocket Rhapsody, celui qui passe avec une facilité déconcertante du piano au Fender Rhodes vient de réussir un coup de maître irrésistible où son talent de compositeur échafaude une suite en forme de fascinant kaléidoscope sonore.

Capable de chevaucher l’orientalisme de son collègue Maalouf (Moving Light) avant d’exhausser la voix de Youn Sun Nah sur un pizzicato de violons, il n’hésite pas à pousser son complice guitariste Ben Monder jusqu’au point de friture blues sur un Nouakchott où réapparaît encore Maalouf. La conclusion de l’album le montre aussi très à l’aise sur des ambiances plus adoucies, teintées d’electro stellaire (un Mirage qui décolle aussi) ou nimbées de méditations élégiaques (le conclusif Melancholia).

Cet homme a du vocabulaire et il sait le faire voyager, sans craindre les moments mélodiques aussi évidents qu’intenses. Multipliant les variations, les couleurs et les enchaînements, Pocket Rhapsody fait ainsi figure d’odyssée dans laquelle il est possible de s’embarquer pour un voyage au très long cours avant d’en reconnaître les paysages. Et même quand ces titres deviennent familiers, on ne s’en lasse pas. Il reste juste à espérer que, dans son ouverture du spectre, Frank Woeste emporte un large public dans ses tourbillons. Pour sauver le jazz. Ou tout simplement la musique. De la banalité.

(24 heures)

Créé: 04.02.2016, 14h56

GoGo Penguin en trio de DJ

Période faste pour les sorties jazz en orbite autour de nouvelles planètes sonores. GoGo Penguin, formation de Manchester folle d’esthétique électronique, récidive avec ce «Man Made Object» qui suit «Fanfares» (2012) et «v2.0» (2014). L’instrumentation est on ne peut plus classique pour un trio: piano, basse, batterie. Mais, avec cette palette incontestablement acoustique, les Anglais se sont mis en tête de produire une musique qui rivalise dans ses déhanchements avec certaines des plus audacieuses propositions de l’electro, comme celle d’Aphex Twin.

Désormais signé sur le respectable label Blue Note – c’est dire si l’urgence de nouvelles voies se fait sentir dans le jazz! –, GoGo Penguin chauffe sa banquise avec une fougue effrénée et achève de briser la glace au moyen
d’un art consommé de l’arythmie, du décrochage et de la trépidation à flux tendu qui doit beaucoup à la batterie
de Rob Turner. Attention au rythme cardiaque, même si le trio ne se contente pas de jongler avec la vitesse et les cassures pour propulser ses idées affolantes dans la musique du XXIe.

Les albums

Frank Woeste
Pocket Rhapsody
ACT (distr. Musikvertrieb)

GoGo Penguin
Man Made Object
Blue Note (distr. Universal Music)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...