Passer au contenu principal

Gilad Atzmon souffle sur les braises bop

Le souffleur polémique arrive à Lausanne en quartet et en grande forme.

Gilad Atzmon à gauche en plein concert.
Gilad Atzmon à gauche en plein concert.
DR/Facebook

Une partie de la célébrité de Gilad Atzmon provient de ses prises de position tranchées. L’Israélien devenu citoyen britannique martèle volontiers ses théories antisionistes et, n’en déplaise à Emmanuel Macron, elles n’en font pas forcément un antisémite, même si ses détracteurs pensent facilement le contraire…

Mais réduire ce souffleur aussi essayiste et romancier à son militantisme serait oublier un peu vite ses formidables qualités musicales, que ce soit avec son Orient House Ensemble, ses formations plus «classiques» ou ses collaborations avec les Blockheads, Pink Floyd, McCartney.

À Lausanne, cet instrumentiste souple, puissant et intelligent, féru de bop et qui vient de signer un superbe enregistrement avec son confrère Alan Barnes, arrive en quartet avec Frank Harrison au piano, Yaron Stavi à la basse et Enzo Zirilli à la batterie.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.