Grigory Sokolov, la leçon d'un démiurge

Verbier FestivalLe pianiste russe a écrit une nouvelle page d'histoire musicale, stimulante et à part.

Le pianiste russe Grigory Sokolov.

Le pianiste russe Grigory Sokolov. Image: ©AMC Artists /LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A la fin de son récital, alors qu’il a mis un terme à sa désormais légendaire série de rappels – on en comptera six mercredi soir dans les hauteurs de Verbier – une évidence s’impose une fois encore: dans l’art pianistique, il y a les interprètes et puis il y a lui, Grigory Sokolov. L’invité qu’il ne fallait pas manquer dans cette édition du festival valaisan s’est à nouveau distingué, ou mieux, distancé de ce qu’on connaît dans la mesure où sa lecture du répertoire a accouché une fois encore d’une histoire à part, qui désarçonne en même temps qu’elle percute par sa cohérence. Dans un programme qui mélangeait baroque et pièces romantiques, ce soliste ombrageux, rétif aux enregistrements et aux expositions médiatiques, a joué donc au démiurge, en créant un monde à soi.

On l’a retrouvé alors soucieux de relever les structures et d’éclairer les contrepoints de la Partita No 1 de Bach, qu’il a traversée d’un toucher sec, en empruntant des tempos par endroits très ralentis («Menuets I et II») ou en faisant un recours économe de la pédale. Ailleurs, sur la Sonate pour piano No 7 hop. 10, le Russe bouleverse avec un «Largo e Mesto» au cantabile infiniment nuancé, mais il affiche aussi une dureté excessive dans le «Rondo» final. Ici, comme dans la Sonate No 14 D.784 et dans les Six Moments musicaux D.780 de Schubert, Sokolov emporte peut-être moins d’adhésion, mais il offre aux auditeurs, avec une constance diabolique, des révélations, des agencements du phrasé inattendus, qui forment une syntaxe unique.

Créé: 24.07.2015, 06h53

Articles en relation

La musique entre les gouttes

Verbier Festival De très haute tenue, les premiers concerts ont été accompagnés par les tonnerres. Plus...

Noseda, un esthète à Verbier

Classique Le chef d’orchestre est une des figures attendues du festival qui ouvre ses portes vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.