Un Gustav Mahler qui craquelle

Verbier FestivalLe chef d'orchstre Zubin Mehta a livré une vision sans réel engagement de la «Symphonie N°2».

Le chef d'orchestre indien Zubin Mehta dirigeait ce mercredi soir à Verbier

Le chef d'orchestre indien Zubin Mehta dirigeait ce mercredi soir à Verbier Image: NICOLAS BRODARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La scène est parée jusqu’aux recoins les plus éloignés d’un appareillage qui impressionne: deux chœurs en toile de fond – le Oberwalliser Vokalensemble et le Suisse des Jeunes –, un Orchestre du Verbier Festival au grand complet et deux cantatrices sur le devant des planches. Le coup d’œil en impose et souligne, si jamais il le fallait, l’allure corpulente du programme. Avec la Symphonie No 2 de Mahler, la manifestation valaisanne a tiré mercredi soir une des dernières grandes cartouches de cette 22e?édition. Autant dire qu’on attendait beaucoup de ce rendez-vous chargé de promesses. D’autant que la baguette avait été confiée à une figure lumineuse, qu’on considère à raison comme l’un des derniers monstres sacrés de la direction: l’Indien Zubin Mehta.

Les faits, hélas, se sont révélés quelque peu cruels, et ce d’entrée de jeu, avec un «Allegro maestoso» ne laissant présager rien qui aurait pu vous transporter. De ce mouvement majestueux, onirique et profond, Zubin Mehta en a donné une vision quelque peu empotée, avançant sans entrain et sans réel engagement. Plus loin, alors que l’œuvre fait défiler des tableaux aux teints disparates, l’orchestre aligne de manière scolaire et désincarnée les épisodes, dans un jeu ponctué de petites scories – des décalages entre vents et archets, des intonations peu assurées. Le costume, se dit-on alors, est peut-être trop grand pour cette jeune formation, et le temps a sans doute manqué pour préparer jusque dans les moindres détails cette pièce considérable. Le sentiment est à peine atténué par les derniers épisodes de la symphonie, avec un apport choral qui se révèle sensible et rondement mené. Il n’empêche – et cela relève du mystère – que le chef et ses protégés ont quitté les lieux accompagnés par de longues salves d’applaudissements.

Verbier Festival, jusqu’au 2 août. www.verbierfestival.com

Créé: 31.07.2015, 07h41

Articles en relation

Le long souffle de Menahem Pressler

Verbier Festival Le pianiste accompagne Matthias Goerne sur des Lieder de Schumann. Rencontre. Plus...

Grigory Sokolov, la leçon d'un démiurge

Verbier Festival Le pianiste russe a écrit une nouvelle page d'histoire musicale, stimulante et à part. Plus...

La musique entre les gouttes

Verbier Festival De très haute tenue, les premiers concerts ont été accompagnés par les tonnerres. Plus...

Noseda, un esthète à Verbier

Classique Le chef d’orchestre est une des figures attendues du festival qui ouvre ses portes vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.