Hans Zender traverse le mille-feuille du temps

ClassiqueLe compositeur allemand est invité par l’HEMU pour l’exécution de sa lecture du «Winterreise» de Schubert. Coup de fil avant sa venue à Lausanne.

Hans Zender, 80 ans cette année, a traduit toute la modernité de Schubert dans son orchestration du «Voyage d'hiver»

Hans Zender, 80 ans cette année, a traduit toute la modernité de Schubert dans son orchestration du «Voyage d'hiver» Image: Wolfram Lamparter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A 80 ans, Hans Zender est un compositeur fêté de partout. Chaque jour ou presque, un concert affiche l’une de ses œuvres, mais la plus jouée de toutes est, sans conteste, sa version pour petit orchestre du Winterreise de Franz Schubert, que l’ensemble contemporain de l’HEMU et le ténor Brenden Gunnell interprètent samedi au BCV Concert Hall. Malgré ses problèmes de vue qui l’empêchent désormais de diriger et d’écrire, Hans Zender se réjouit de venir à Lausanne assister aux répétitions et au concert. Contacté par téléphone, le musicien allemand prouve par sa verve enthousiaste que son ouïe et son esprit sont intacts.

Vous étiez venu à l’Opéra de Lausanne en 2002 pour diriger votre version du «Winterreise» avec l’OCL. L’approche avec les étudiants de la HEMU sera-t-elle foncièrement différente?

Le processus et l’atmosphère de travail sont tout autres avec les jeunes. Les musiciens professionnels apportent leur vécu et leur tradition et sont parfois trop individualistes. Les jeunes apprennent vite, suivent très bien les instructions du chef et réagissent davantage par instinct que par la tête. Il n’y a aucun risque de routine. Je l’ai encore vécu en octobre avec l’orchestre de la HEM de Genève qui a joué de manière fantastique mes 33 Variations sur les 33 Variations Diabelli de Beethoven.

Cette œuvre récente et le «Winterreise» appartiennent à un nouveau genre que vous avez créé. Est-ce plus qu’une simple orchestration?

Il s’agit d’un mariage que j’ai nommé «interprétation composée». Je prends acte de la distance temporelle entre Schubert ou Beethoven et nous, avec tout le développement musical qu’il y a eu depuis. Schubert était naturellement inconscient que son cycle de mélodies contenait en germe des éléments que l’on trouvera chez Bruckner, Mahler et au-delà. Ma transcription tente de les faire ressortir dans une sorte de «glissando de styles». Chaque Lied contient une nouvelle clé, au niveau du rythme, de la tonalité, des coupures ou des collages, instrumenté comme Schubert ne l’aurait jamais fait, mais qui correspond à l’original. Dans le n° 22, par exemple, je traduis le souffle du vent par une fuite de modulations.

Pensiez-vous que cet exercice allait avoir un tel succès, au point de faire de l’ombre à vos propres œuvres?

La surprise a été totale. Au début des années 90, je collaborais étroitement avec l’Ensemble Modern (ndlr: ensemble de musique contemporaine basé à Francfort), qui voulait jouer de temps en temps des pièces classiques. J’ai proposé d’adapter pour lui le cycle de Schubert en me disant que ce serait exécuté une ou deux fois, pas plus. Le destin en a voulu autrement! Ce n’est évidemment qu’une facette de mon travail, la plus importante étant consacrée à un système harmonique basé sur les microtonalités. Je crains seulement qu’on ne comprenne pas ma démarche autour de Schubert comme une réflexion historique.

Dans vos essais récemment traduits en français, la conscience historique n’est-elle pas toujours déterminante?

Certainement. Tout a changé pour les compositeurs vivants, car on ne peut ignorer la musique du passé ni tous les langages esthétiques contradictoires qui coexistent aujourd’hui. Nous avons, en tant qu’artistes, une responsabilité sociale pour créer une relation nouvelle entre le progrès et la mémoire de l’histoire.


Lausanne, BCV Concert Hall Samedi 17 décembre (17 h) Rens.: www.starticket.ch, 0900 325 325 www.hemu.ch


Essais sur la musique Hans Zender, Ed. Contrechamps, 2016

Créé: 15.12.2016, 20h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.